1857, la littérature en procès
facebook twitter

1857, la littérature en procès

Gustave Flaubert, Charles Baudelaire et Eugène Sue face à la censure

de

chez Hermann

Collection(s) : Des morales et des oeuvres

Paru le | Broché 218 pages

Public motivé

Grand format Livre broché
22.00 Disponible - Expédié sous 6 à 10 jours ouvrés - COVID oblige
Ajouter au panier Frais de livraison

1857. La littérature en procès

Gustave Flaubert, Charles Baudelaire et Eugène Sue face à la censure

Il y a un peu plus d'un siècle et demi, en 1857, la censure visait trois auteurs célèbres : Flaubert, Baudelaire et Sue, poursuivis par un même homme : Ernest Pinard, appuyé par un système de censure alors à son apogée. Les circonstances sont probablement inédites dans les annales de l'histoire de la littérature, mais servent toujours de témoignage dès lors qu'Anastasie tente de brandir ses ciseaux. Le responsable de la frénésie moralisatrice de 1857 n'était ni le premier, ni le dernier de son espèce. Jeune procureur aux convictions fluctuantes, mais assez habile pour se hisser à la hauteur de ses ambitions, Ernest Pinard gravit les échelons de la magistrature à la faveur du régime autoritaire et bourgeois de Louis-Napoléon Bonaparte, selon lui parangon du gouvernement idéal.

Qui sont, en 1857, les auteurs victimes du zèle d'Ernest Pinard, et que s'est-il joué précisément dans les procès de Charles Baudelaire, Gustave Flaubert et Eugène Sue ?
L'auteur analyse comment, sous le gouvernement autoritaire de Louis-Napoléon Bonaparte, un ambitieux procureur nommé Ernest Pinard contribue à la censure de plusieurs auteurs français, dont C. Baudelaire, E. Sue et G. Flaubert. ©Electre 2021
Format : Broché
Nb de pages : 218 pages
Poids : 362 g
Dimensions : 16cm X 23cm
Date de parution :
EAN : 9791037006196

Du même auteur : Emmanuel Pierrat