2084
facebook twitter

2084

la fin du monde

de

chez Gallimard

Collection(s) : Blanche

Paru le | Broché 288 pages

Grand format Livre broché
19.50 Disponible - Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Chronique Page des libraires, rédigée par Brice Vauthier Librairie L’Étagère (Saint-Malo)

En persan, stan signifie « pays ». Nous voici ici en Abistan, le pays d’Abi, en 2084. Outre la référence à une sorte de centenaire du 1984 (Folio) de George Orwell, le lecteur est immédiatement plongé dans l’Abistan, ce pays merveilleux dans lequel le peuple est naturellement et obligatoirement heureux. De toute façon, toute idée contraire au bonheur national sera identifiée par le système central et l’individu, que dis-je, le délinquant, sera immédiatement arrêté et emprisonné. Ce bonheur national ressemble à s’y méprendre à une religion d’État et toute critique est impossible. C’est dans cet univers qu’Ati, le personnage principal, évolue. N’acceptant pas une quelconque autorité suprême, Ati cherche à enquêter sur un peuple ghettoïsé, renégats de cette société miraculeuse. La question se pose alors : nous, lecteurs, sommes-nous tout à fait libres dans la société au sein de laquelle nous vivons ? À l’instar de Manfred dans Fahrenheit 451 (R. Bradbury, Folio SF), pouvons-nous encore avoir une pensée libre et éclairée ? Les religions permettent-elles aux hommes ce grain de folie non contrôlable qui caractérise encore toute société moderne ? Ce roman, qui porte d’ailleurs très bien son titre, se situe entre une critique visant clairement toute société contrôlée par les religieux (quels qu’ils soient) et un roman d’anticipation digne de Ray Bradbury. Boualem Sansal signe ici sans doute son meilleur roman. On y retrouve la force du Village de l’Allemand ou Le Journal des frères Schiller, l’intensité et l’amour du pays de la Rue Darwin, ou encore l’action et le rythme du Serment des Barbares (Folio). Malgré la dureté du sujet, ce livre n’est pas pessimiste, juste interrogatif et ouvert à la réflexion.

2084

La fin du monde

L'Abistan, immense empire, tire son nom du prophète Abi, « délégué » de Yölah sur terre. Son système est fondé sur l'amnésie et la soumission au dieu unique. Toute pensée personnelle est bannie, un système de surveillance omniprésent permet de connaître les idées et les actes déviants. Officiellement, le peuple unanime vit dans le bonheur de la foi sans questions.

Le personnage central, Ati, met en doute les certitudes imposées. Il se lance dans une enquête sur l'existence d'un peuple de renégats, qui vit dans des ghettos, sans le recours de la religion...

Boualem Sansal s'est imposé comme une des voix majeures de la littérature contemporaine. Au fil d'un récit débridé, plein d'innocence goguenarde, d'inventions cocasses ou inquiétantes, il s'inscrit dans la filiation d'Orwell pour brocarder les dérives et l'hypocrisie du radicalisme religieux qui menace les démocraties.
En Abistan, le peuple est soumis à un Dieu unique et vit dans la foi sans se poser de questions, sous le joug d'un système de surveillance qui contrôle les idées et les actes déviants. Mais Ati est en proie au doute et cherche à rentrer en contact avec un peuple de renégats qui vivrait dans un ghetto, libéré de l'omnipotence de la religion. Grand prix du roman de l'Académie française 2015. ©Electre 2020
Format : Broché
Nb de pages : 288 pages
Poids : 294 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-07-014993-3
EAN : 9782070149933

Du même auteur : Boualem Sansal