A fendre le coeur le plus dur
facebook twitter

A fendre le coeur le plus dur

de ,

chez Actes Sud

Collection(s) : Babel, n° 1500

Paru le | Broché 109 pages

Poche Livre broché
6.50 Disponible - Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

postface de Pierre Schill


Chronique Page des libraires, rédigée par Vincent Ladoucette (Privat - 31000 Toulouse)

Parmi les photographies prises par Gaston Chérau lors d’un reportage de guerre en Libye datant de 1911, ce sont celles d’une pendaison publique qui ont retenu l’attention de Jérôme Ferrari et Olivier Rohe. Ils montrent comment la théâtralisation de la mise à mort des condamnés sert la propagande et légitime la répression exercée par l’Empire colonial italien. La violence révolutionnaire des Libyens est présentée comme l’expression de la sauvagerie des Arabes, plutôt que comme une forme de résistance politique à l’oppresseur. C’est de cette manière que les occupants utilisent les photographies pour justifier leur propre usage de la force. Cette méthode, inaugurée par les Italiens, sera ensuite utilisée par la France pendant la guerre d’Algérie, puis par les Américains en Irak pour diffuser au monde un message identique. Cet essai bref mais riche s’attaque à la colonisation, à sa prétendue mission civilisatrice et à la question de la représentation du mal : faut-il ou non mettre des mots sur l’abjection ?

À fendre le coeur le plus dur

Dans ce texte écrit à quatre mains, Jérôme Ferrari et Oliver Rohe s'appuient sur une archive historique, constituée de plus de deux cents photos prises lors du conflit italo-ottoman en Libye (1911-1912) par un dénommé Gaston Chérau, écrivain et correspondant de guerre. Ces images surprenantes et terribles établissent une sorte de canon du reportage de guerre au Moyen-Orient et posent la très actuelle question de la représentation de la violence. En les regardant, en les commentant, en s'interrogeant sur la légitimité ou la nécessité de leur analyse, c'est aussi une réflexion commune sur leur propre art de romanciers que Ferrari et Rohe esquissent.
Un ensemble de réflexions d'écrivains sur les archives réunies par Gaston Chérau lors de la guerre italo-turque en Libye et présentées lors d'une exposition. Ils commentent des photographies prises en 1911-1912 par Chérau et s'interrogent sur la représentation de la violence, sur la base de clichés de pendaisons par les Italiens après la révolte de Sciara Sciat. ©Electre 2020
Format : Broché
Nb de pages : 109 pages
Poids : 84 g
Dimensions : 11cm X 18cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-330-08652-7
EAN : 9782330086527

Du même auteur : Jérôme Ferrari


Du même auteur : Oliver Rohe