Alamut
facebook google+ twitter

Alamut

de

chez Libretto

Collection(s) : Libretto, n° 3

Paru le | Broché 577 pages

Poche Livre broché
13.80 En stock - Expédié lundi
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit du slovène par Andrée Lück-Gaye


Chronique Page des libraires, rédigée par MICHEL EDO, Librairie Lucioles, Vienne

Si la première publication française était une version délicieuse, il se trouve que son ton orientalisant, voulu par l’éditeur, l’avait un peu éloigné de l’originale. Cette nouvelle traduction est annoncée comme plus fidèle à l’écriture de Bartol et, quoique moins fleurie, l’histoire reste toujours aussi passionnante. Alamut est ce genre de roman d’aventures dont on reste épris toute sa vie, plein de mystères, d’ambitions démentielles, de trahison, d’amour et de violence. Le personnage central du livre, Hassan Ibn Sabbah, dit Le Vieux de la montagne, objet de tous les fantasmes, est le fondateur de la secte des Haschischins. C’est un génie visionnaire et cruel, capable en un an et sans armée de déstabiliser toute une région en faisant régner une terreur qui tient autant du fantasme que de la réalité. La forteresse qui abrite Ibn Sabbah recèle un secret, l’arme cachée du mystérieux chef des Haschischins… Ce dernier a imaginé un paradis sur terre où, au sein de jardins luxuriants peuplés de biches et de panthères vivant en harmonie les unes avec les autres, de délicates et sensuelles jeunes femmes prodiguent des caresses aux guerriers d’Ibn Sabbah. Dans cet univers enivrant, le plaisir règne en maître absolu. Telle était l’arme mystérieuse : une pastille de haschich et l’initiation, une seule et unique fois, à ces prodigieux délices, pour s’assurer définitivement la fidélité dévouée de jeunes hommes crédules. Qui ne serait pas prêt à mourir pour une éternité d’extase ? La foi sans faille de ses fédayins permit au Vieux de faire assassiner le sultan et le vizir, créant suffisamment de troubles politiques pour fonder un régime qui perdura jusqu’au XIIIe siècle. Cependant, comme tout n’est qu’illusion sur cette terre, les pragmatiques Mongols prirent sans combattre la forteresse en 1256 et la rasèrent purement et simplement. Mais ceci est une autre histoire.
Lorsque Bartol écrivit ce livre, c’était avant tout avec une visée politique. D’abord essayiste, beaucoup trop critique aux yeux de la censure soviétique, il se tourna vers le roman. Sous couvert d’une histoire se déroulant dans l’Iran du XIe siècle et qui tient davantage des Mille et une nuits que du pamphlet (et je tiens à dire que sans l’excellente préface à l’édition de 1998 de Jean-Pierre Sicre, je serais comme les censeurs de l’époque passé à côté, sans doute), ce sont tous les dictateurs qui ont un jour régné quelque part sur cette terre qu’il dénonce. On s’en doute, les modèles qui l’inspirent pour camper le personnage de Hassan ibn Sabbah sont ceux de Staline ou d’Hitler. Ce que Bartol ne pouvait pas deviner, c’est que son roman allait prendre un sens prémonitoire avec la montée des intégrismes religieux. Et quand, fin 2001, le roman est ressorti orné d’un bandeau proclamant « Al Qaïda, 900 ans avant », ou quelque chose de ce goût-là, on ne pouvait se dire que deux choses : les éditeurs sont des sacrés malins, et la littérature peut tout, la littérature sait tout !

 

Alamut

« ... je partage l'humanité en deux catégories fondamentalement différentes : une poignée de gens qui savent ce qu'il en est des réalités et l'énorme majorité qui ne sait pas. »

Retranché dans sa citadelle dominant la plaine, le grand maître Hassan Ibn Sabbâh mène, à la fin du XIe siècle, une guerre sainte en Iran. Il n'a que peu de soldats et seuls ses proches le connaissent intimement. Parti de presque rien, sans armée, sans terre et sans guère d'appuis à la cour, il dominera le monde. Des hommes seront prêts à mourir pour lui avec le sourire aux lèvres. Des foules entières se prosterneront sans combattre. Un millénaire plus tard, la manipulation des masses, telle qu'il la pratiqua, continue d'ébranler les empires modernes. Mélange d'aventures et de philosophie politique, Alamut n'évoque la violence des complots d'alors que pour mieux renvoyer aux problèmes cruciaux des civilisations modernes.
A travers le récit d'un grand maître qui mène une guerre sainte, ce roman historique qui fait revivre l'Iran des XIe-XIIe siècles et offre une réflexion sur la collusion du fanatisme religieux et du pouvoir politique. ©Electre 2019

Timothée V. le 10/03/2019

"Rien n'est vrai, tout est permis" ou comment manipuler les masses

En 1938, le slovène Vladimir Bartol nous décrit le récit semi-légendaire de la secte islamiste ismaélienne des Nizarîtes et de son chef spirituel, Hassan ibn al-Sabbah, ayant semé la terreur en Iran à l'époque des Croisades. Au travers de ce roman, suivez les destins croisés de deux jeunes gens : Halima la fille de harem, et Avani le jeune homme entraîné pour devenir un soldat de dieu, prêt à se sacrifier sur les ordres de ses maîtres. Voyagez en Perse, au coeur de la citadelle d'Alamut, siège du pouvoir de la secte, dans une ambiance de "Mille et une nuits" pour une lecture à la fois fascinante et terrifiante. Ce plaidoyer contre les totalitarismes des années 30 est un véritable coup de poing : dépeignant les méthodes pour manipuler les masses, il fait bien évidemment écho avec notre actualité. Un ouvrage important, à lire absolument. Pour l'anecdote : cette histoire inspirera le premier épisode de la célèbre franchise de jeux vidéo "Assassin's Creed"

Format : Broché
Nb de pages : 577 pages
Poids : 457 g
Dimensions : 12cm X 19cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7529-0626-7
EAN : 9782752906267

Du même auteur : Vladimir Bartol