Aperçues
facebook google+ twitter

Aperçues

de

chez Minuit

Paru le | Broché 339 pages

Public motivé

Grand format Livre broché
27.00 En stock - Expédié sous 24h
Ajouter au panier Frais de livraison

Chronique Page des libraires, rédigée par Lyonel Sasso Librairie Coiffard (Nantes)

Lecteur attentionné de Fernando Pessoa, Georges Didi-Huberman s’est attelé à archiver les fragments d’un journal, à les restituer, les monter afin d’établir un instantané de sa mémoire. Et comme chez Pessoa, cette mémoire parcellaire oscille entre le trouble et la précision. C’est souvent, dans les souvenirs personnels que Georges Didi-Huberman perd en clarté. Trop proche de la source biographique, le philosophe se fait secret. On retrouve, au final, son intime dans ses considérations concernant Walter Benjamin. C’est en passant par une image représentée d’autrui que Didi-Huberman se confit. Un des amis de Georges Didi-Huberman, relevant l’appréhension qu’a le philosophe à parler de lui-même, lui rappelle l’interprétation lacanienne de son propre prénom: « je-hors-je ». Le surgissement est une des réflexions qui constitue cet ouvrage. Surgissement d’une image, d’un amour, d’une passion ou d’une colère. Et tout cet amas d’impressions fabrique une pensée. On retrouve les obsessions de Didi-Huberman : l’éphémère et le constant, Aby Warburg, Charles Baudelaire, Jonathan Crary et la poésie de Paul Celan. Passionnant portrait fragmenté que l’on reconstitue, au fil de la lecture, comme un puzzle. Un puzzle sans modèle précis.

Choses vues, non, pas même vues jusqu'au bout. Choses simplement entrevues, aperçues. Êtres qui passent, souvent au féminin pluriel, comme la Béatrice de Dante, Laura de Pétrarque, la « nymphe » d'Aby Warburg, la Gradiva de Jensen et de Freud ou la « passante » anonyme des rues parisiennes selon Charles Baudelaire. Créatures ou simples formes qui surgissent ou qui tombent. Instants de surprise, ou d'admiration, ou de désir, ou de volupté, ou d'inquiétude, ou de rire. Impressions enfantines, deuils. Colères aussi. Réflexions esquissées. Instants critiques. Ou descriptions, tout simplement.

Phraser le passage des aperçues ? Comme un recueil de circonstances, de visions en bribes, d'émotions inattendues, de pensées qui s'inventent devant des choses ou des êtres apparaissants, apparus et, très vite, disparaissants, disparus. Une phénoménologie, une poétique, une érotique du regard s'esquissent. Tout cela devenu, sans crier gare, un journal sans continuité, un ensemble de récits sans personnages bien définis, un autoportrait sans visage unique.

Remonter ce journal en désordre. Découvrir, alors, qu'il était fait d'occasions (où les temps passent vite), de blessures (où les temps frappent fort), de survivances (où les temps reviennent toujours) et de désirs (où les temps adviennent pour un futur entraperçu).
Créatures ou simples formes qui surgissent ou qui tombent, instants de surprise, d'admiration, de désir, d'inquiétude, choses vues ou non, simplement entrevues, aperçues. Dans ce recueil de circonstances, de visions en bribes, de pensées qui s'inventent devant des êtres très vite disparus, l'auteur livre un autoportrait où s'entremêlent les blessures du temps. Grand prix SGDL de l’essai 2018. ©Electre 2019
Format : Broché
Nb de pages : 339 pages
Poids : 380 g
Dimensions : 14cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7073-4334-5
EAN : 9782707343345

Du même auteur : Georges Didi-Huberman