Après le libéralisme ? : ses impasses, son avenir
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 172 pages
Poids : 227 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-08-128321-3
EAN : 9782081283213

Après le libéralisme ?

ses impasses, son avenir

de

chez Climats

Paru le | Broché 172 pages

Public motivé

16.00 Disponible - Expédié sous 10 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

pésentation de Guillaume Garreta | traduction de Nathalie Ferron


Les libraires en parlent

Chronique Page des libraires, rédigée par Cyril Canon Librairie Sauramps (Montpellier)

Le libéralisme se fourvoie quand il n’est pas au service du plus grand nombre. Dans les années 1930 aux États-Unis, c’est à cet implacable constat qu’arrivait le philosophe John Dewey. Après le libéralisme ? est un recueil de conférences qu’avait prononcées ce fondateur du pragmatisme, courant de pensées qui ouvrira les portes des sciences sociales en Amérique du Nord. L’idéologie libérale, fondement de la nation américaine a, aux yeux de John Dewey, atteint ses limites. Elle nécessite une profonde refondation qui implique de remettre l’homme au cœur de l’économie pour que puisse être enfin mis en place le vrai libéralisme, à savoir un individualisme mis au service de la sociabilité, des sciences et des arts. Et non plus uniquement aux seuls profits économiques. Cette inversion des priorités est selon lui le seul moyen de préserver la démocratie et d’éviter une société coercitive dominée par un capitalisme égoïste. Ainsi libéré, l’individu se réalisera selon ses capacités. La « révolution libérale » doit entraîner une nouvelle organisation sociale. Ce philosophe de l’éducation prône de nouvelles méthodes basées sur l’expérimentation et l’intelligence collective. Ces idées énoncées dans l’Amérique de Roosevelt et du New Deal, gardent au xxie siècle toute leur pertinence. Elles entrent en résonnance avec notre monde actuel. Dewey décrit la crise économique, la crise morale, la crise des idées… Alors ? Après le libéralisme ? Quoi ? L’auteur ne propose pas à proprement parlé de solution, mais préconise de fonder le libéralisme en le subordonnant à l’éducation. Intellectuel engagé, illustre représentant de l’École de Chicago, John Dewey, dans les années d’avant-guerre, voulait transformer le monde et vantait les vertus de l’éducation, seul moyen véritable d’y parvenir. Une idée qui, une nouvelle fois, demeure d’actualité.

Quatrième de couverture

Après le libéralisme ?

Ses impasses, son avenir

L'un des fondateurs du pragmatisme, John Dewey, souhaitait voir la philosophie, discipline à ses yeux essentiellement « critique » et expérimentale, se prolonger en une « éthique sociale » incluant toutes les sciences sociales concrètes concernées par les problèmes de la conduite humaine. Ce cycle de conférences, prononcées en 1935, dans l'Amérique du New Deal, illustre son programme : elles veulent faire comprendre au plus grand nombre les dangers, les contradictions et les limites du libéralisme contemporain, ainsi que les moyens de les surmonter.

Retraçant la généalogie intellectuelle du libéralisme américain, puis ses crises, ce livre s'achève sur un plaidoyer en faveur d'une démocratie libérale et progressiste, qui défend le droit à l'expérimentation de méthodes nouvelles et à l'intelligence collective, à travers de grandes missions d'éducation. Dewey se prononce avec une clairvoyance inégalée en faveur d'une inversion des priorités : remettre les hommes au coeur de la politique et de l'économie, pour préserver et renouveler la démocratie.

Biographie

John Dewey (1859-1952) est avec Charles Peirce et William James l'un des trois grands pragmatistes américains. Il est connu pour sa philosophie de l'éducation, mais sa pensée a une très large influence : citons notamment l'école de Chicago, la pensée de Bourdieu, l'écologie urbaine, la philosophie de la perception, l'esthétique, la théorie politique et les réflexions sur les « publics », la gouvernance, la délibération et la participation. Il est notamment l'auteur de Expérience et nature (Gallimard, 2012), La Formation des valeurs (La Découverte/Les empêcheurs de penser en rond), Démocratie et éducation (A. Colin, 2011), Le public et ses problèmes (Folio, 201) et L'Art comme expérience (Folio, 2010).

Du même auteur : John Dewey