Atelier du roman (L'), n° 85. Liberté : quelles règles pour quel jeu ? : IIe Rencontre de Thélème
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 217 pages
Poids : 432 g
Dimensions : 17cm X 25cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-08-131050-6
EAN : 9782081310506

Liberté

quelles règles pour quel jeu ?
IIe Rencontre de Thélème

de

chez Flammarion

Paru le | Broché 217 pages

Public motivé

Revue
20.00 Disponible - Expédié sous 10 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

Je me rends compte que j'ai jusqu'à présent toujours mal compris ce que signifie la postérité de L'Iliade. J'y voyais l'idée que la civilisation naît d'une victoire. Mais je crois aujourd'hui que ce n'est pas le souvenir de la victoire qui importe : c'est celui de la guerre.
Fanny Taillandier.

Avant La Vie mode d'emploi, Perec avait traité du jeu, c'est-à-dire du sport, comme servitude extrême. C'est impressionnant. La compétition, c'est le crime.
Jacques Jouet.

La Pension Littérature est un territoire libéré - le seul, à vrai dire, de toute la Cité. Ses portes sont ouvertes à tous et à tous vents. On ne peut lui reprocher d'être un lieu de désordre, puisque c'est sa raison d'être.
Jean-Marie Laclavetine.

Tout se passe comme si nous avions envie de nous soumettre à quelque chose ou à quelqu'un. N'ayant plus envie de nous mettre à genoux dans une église, nous tremblons devant nos semblables transfigurés et perçus comme des dieux.
Trevor Cribben Merrill.

Parce qu'elle demande un apprentissage, persévérance et effort, la lecture a partie liée avec la contrainte et la soumission, quand bien même l'apprenti aurait le sentiment, en travaillant à apprivoiser les mots, qu'il forge l'instrument de son émancipation.
Christophe Pradeau.

Wittgenstein se promène, réfléchit à tue-tête à travers la campagne. Des paysans lui interdisent leurs terres pour ne pas effrayer... les moutons. Il faut accepter la solitude, la folie... L'humanité va au désastre, elle a remplacé l'esprit par la machine, tourné le dos à Dieu pour étouffer dans les accessoires de l'ère industrielle.
Gemma Salem.

Essayons de concevoir les oeuvres de Pontalis comme des oeuvres littéraires, dans le sens où lui-même pouvait expliquer que si la psychanalyse ne l'avait pas absorbé, il aurait voué sa vie à la littérature.
Thibault Ulysse Comte.

L'oeuvre de maturité de Sergio Pitol est fondée sur le travail révélateur du souvenir. [...] Dans ces pages, le narrateur ne revient pas sur un contexte qu'il domine à l'avance. Au contraire, il découvre des souvenirs inattendus.
Juan Villoro.