Le régime de longévité : une nouvelle stratégie alimentaire pour régénérer et rajeunir l'organisme, combattre les maladies et atteindre le poids idéal
21,80 En stock - Expédié sous 24h
Ajouter au panier
par Bernard B., le 09/08/2019

Pseudo-science

Je suis plus que sceptique face à la démarche scientifique décrite dans cet ouvrage. Valter Longo s'appuie sur des convictions personnelles quant au mode de vie des habitants de sa région natale en sélectionnant des études — dont certaines peu fiables — qui vont dans le sens d'une diabolisation de la viande et des fromages. Pour preuve, les tableaux "Sources de calcium" et "Sources de fer" affichés pages 320 à 323 ne reproduisent pas les données du NIH auxquelles il se réfère en bas de page. Les falsifications sont significatives : dans les sources de calcium il a « oublié » le yaourt, les fromages et le lait ; dans celles de fer il a supprimé le foie de bœuf et les viandes de bœuf, de poulet et de dinde qui sont des sources de fer héminique bien mieux assimilé par l'organisme… Par contre, il ajoute des « céréales de petit-déjeuner » enrichies en calcium ou fer et vitamines, des boissons au lait d'amande ou de coco elles aussi « enrichies » etc., qui ne figuraient pas dans les données qu'il prétend reproduire. Page 106, le diagramme des habitudes alimentaires d'habitants âgés d'Okinawa ne reflète pas la description du régime Okinawa dans lequel la viande de porc tenait une place importante : « Une autre caractéristique de la cuisine d’Okinawa est sa dépendance à la viande. Les principales sources de protéines de la cuisine d’Okinawa proviennent du bétail, en particulier des porcs. » (https://en.wikipedia.org/wiki/Okinawa_diet) Enfin, les menus publiés en fin d'ouvrage ne contiennent pas les quantités de protéines préconisées par l'auteur (environ 40 g par jour) surtout si l'on tient compte de la faible biodisponibilité des protéines végétales. Le fait que Valter Longo soit le fondateur d'une entreprise qui promeut les compléments alimentaires à base de plantes explique peut-être sa dénégation de la valeur nutritionnelle de sources alimentaires non végétales.