Les gardiens de la raison : enquête sur la désinformation scientifique
22,00 Disponible - Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier
par Yves S., le 25/10/2020

Livre dense et documenté...

...qui apporte vraiment des idées nouvelles et des infos sur un sujet peu traité et essentiel pour la démocratie. A savoir les canaux utilisés par l'industrie pour influencer de manière invisible la science et le débat public.

par Daniel C., le 17/10/2020

A quand un but commun ?

Bonjour. Je n’ai pas encore terminé cette lecture, car, comme vous le voyez, je commande pas mal de livres différents pour ensuite planifier leur lecture suivant les besoins. Mais, je constate, et cela ne m’étonne pas de S. Foucart, que son sujet est très documenté et factuel. Pour autant, loin de moi de vouloir être justicier ou manichéen. Face à des pouvoirs importants, comme celui de faire des lois, ou de détenir les cordons de la bourse, je trouve normal qu’il y ait des groupes d’influences défendant leurs intérêts, comme le font tous groupes de personnes ayant un but commun. Normalement, à ceux qui gèrent l’intérêt général de prendre des décisions équilibrées. Mais, lorsque les pouvoirs grandissent trop dans différents groupes, la tentation est grande de ne voir plus que ses seuls intérêts et sa vision du monde. Et pire, comme le démontre ce livre, de bricoler des études dites scientifiques afin de semer le doute, qui, comme le montre notre époque est un levier très puissant, d’autant plus avec ces flux incessants, tellement rapides et amplifiés via le numérique. Et ces études commanditées, ne se limitent pas à influencer, de manière très partiale, des décideurs, mais ont aussi cet autre aspect qui concerne notre santé et celle de la Planète. Et là, par moments, trop souvent, on n’est pas loin de l’aveuglement de l’Hubris, très mauvais conseiller. La conclusion pourrait être négative car les forces en puissances sont déséquilibrées, ce livre le démontre, et l’Histoire nous montre, hélas, qu’il faut souvent une catastrophe pour se remettre en question, alors qu’on est capable de mieux en mieux de s’informer et de mesurer le poids de nos actions. Mais l’Histoire n’est jamais écrite d’avance … elle est celle de notre conscience, et heureusement, de notre instinct de survie quand la conscience fait défaut, car comme le dit l’adage « le pire est probable, mais jamais certain ». Alors souhaitons que ces groupes de pressions le comprennent à temps. Pour cela il faut évoluer vers des solutions qui prennent en compte nos préoccupations communes, en attendant que la sagesse devienne plus importante que le PIB … Utopiste ? Non, car notre imagination, notre créativité et notre inventivité, sont des énergies très renouvelables et inépuisables … et ne cessent de nous surprendre. Sans doute, dans la prochaine étape évolutive de notre civilisation, avec les signaux faibles et forts que montrent de plus en plus de jeunes, en cherchant à vivre avec une nouvelle boussole : la quête de sens de nos activités. Je ne suis plus très jeune, mais j’espère y assister quand même …