Baclofène, la fin de notre addiction : les alcooliques ne sont plus anonymes...

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 286 pages
Poids : 440 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-84319-354-5
EAN : 9782843193545

Baclofène, la fin de notre addiction

les alcooliques ne sont plus anonymes...

de

chez J. Lyon

Paru le | Broché 286 pages

Tout public

18.00 Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

texte Sylvie Imbert, Yves Brasey, Claude Goffart


Quatrième de couverture

L'alcoolisme a longtemps été considéré comme un fléau incurable. Il est responsable de bien des drames et détruit ceux qui en sont atteints, ainsi que leurs familles. Puis est arrivé le baclofène, un médicament dont le traitement - s'il est bien conduit -, démontre que l'alcoolisme n'est pas un vice, mais une maladie neurobiologique dont on peut désormais guérir. Le baclofène révolutionne le traitement de l'alcoolo-dépendance en sortant du dogme de l'abstinence à vie, et, probablement bien au-delà, celui d'autres addictions comme les troubles du comportement alimentaire (TCA).

Dans cet ouvrage, vous trouverez de nombreux témoignages de personnes ayant suivi ce traitement, ainsi que de précieux conseils qui vous donneront toutes les informations nécessaires sur ce médicament.

« Voilà un médicament qui guérit la grande majorité des malades alcooliques quand il est bien prescrit, et trop de médecins, parmi lesquels ceux qui devraient être les premiers à le prescrire, les alcoologues, refusent de le faire...
Ce sont des intérêts financiers qui bloquent le baclofène !
Un témoignage émouvant et vécu, rempli d'anecdotes, d'expériences, d'enseignement, d'humour et d'intelligence. »
Dr Renaud de Beaurepaire,
Psychiatre, neurobiologiste, chef de service à l'hôpital Paul Giraud - Villejuif

L'association Balcofène a été créée en 2011 par des malades décidés à prendre leur destin en main. Elle milite depuis pour la reconnaissance de la découverte médicale majeure du Pr Olivier Ameisen.