Bonsoir, la rose
facebook google+ twitter

Bonsoir, la rose

de

chez P. Picquier

Collection(s) : Littérature grand format

Paru le | Broché 184 pages

Grand format Livre broché
20.00 Indisponible

roman traduit du chinois par Yvonne André


Chronique Page des libraires, rédigée par Sarah Gastel Librairie Terre des Livres (Lyon)

Harbin, Mandchourie. Xiao’e, une jeune fille « d’origine modeste et pas spécialement belle », correctrice dans une agence de presse, trouve une chambre à louer chez une vieille dame juive d’origine russe. Née au début des années 1920, Léna a fui la Russie après la révolution d’Octobre, les persécutions antisémites ne cessant d’enfler. Entre la timide Xiao’e qui se débat avec ses histoires de cœur et la logeuse, ancien professeur de musique qui prie matin, midi et soir en hébreu et dont on aurait dit « qu’elle vivait dans un monde de contes pour enfants », la cohabitation ne se fait pas sans heurts. Mais ces deux solitudes meurtries et attachantes vont s’apprivoiser doucement et découvrir qu’elles ont bien plus en commun qu’il n’y paraît... Esquissant le Harbin du siècle dernier sous occupation japonaise, refuge des Juifs exilés, Chi Zijian restitue non seulement une page de l’histoire chinoise peu connue, mais signe aussi un beau conte des temps modernes où l’émotion le dispute au sourire. D’une infinie grâce, de celle qui se savoure jalousement dans la solitude, Bonsoir, la rose est un beau roman qui console des blessures cachées et refoulées de la vie.

Il faut d'abord imaginer ce Grand Nord de la Chine
aux si longs hivers, les fleurs de givre sur les vitres
et l'explosion vitale des étés trop brefs.

Puis Xiao'e, une jeune fille modeste, pas spécialement
belle, dit-elle, pour qui la vie n'a jamais été tendre :
«j'appartenais à une catégorie insidieusement
repoussée et anéantie par d'invisibles forces
mauvaises».

Et puis Léna aux yeux gris-bleu et au mode de vie
raffiné, qui joue du piano et prie en hébreu, dont le
visage exprime une solitude infinie. Elle qui avait une
vie intérieure si riche, comment pouvait-elle ne pas
avoir connu l'amour ?

Xiao'e rencontre donc Léna, une vieille dame juive dont
la famille s'est réfugiée à Harbin après la révolution
d'Octobre. Tout semble les opposer, pourtant on
découvrira qu'un terrible secret les lie.

C'est un monde où les fantômes côtoient les
supermarchés, où les blessures de l'enfance restent
vivaces. A la fois désabusé et espiègle, tragique et gai.
L'écriture de Chi Zijian est, elle, à la fois étincelante
et d'une infinie délicatesse. Un auteur qui n'a pas fini
de nous enchanter.
A Harbin, au nord-est de la Chine, la rencontre entre deux personnages que tout semble opposer, mais qui sont liés par un secret. Xiao'e est une jeune fille moderne et Léna une vieille dame juive réfugiée d'URSS après la révolution d'octobre. Le roman raconte l'enfance de Xiao'e à la campagne, ses amours ainsi que la vie des réfugiés et l'occupation japonaise. ©Electre 2019
Format : Broché
Nb de pages : 184 pages
Poids : 252 g
Dimensions : 13cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-8097-1095-3
EAN : 9782809710953

Du même auteur : Zijian Chi