Ce que j'ai voulu taire
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché sous jaquette
Nb de pages : 207 pages
Poids : 284 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-226-31238-9
EAN : 9782226312389

Ce que j'ai voulu taire

de

chez Albin Michel

Paru le | Broché sous jaquette 207 pages

18.00 Disponible - Expédié sous 7 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit du hongrois par Catherine Fay


Quatrième de couverture

Ce que j'ai voulu taire

« J'ai voulu me taire. Parfois ce n'est pas la réponse la moins dangereuse. Rien n'irrite autant l'autorité qu'un silence qui la nie. »

Longtemps présumé perdu avant d'être retrouvé et de paraître en 2013 à Budapest, Ce que j'ai voulu taire constitue le dernier volet inédit des Confessions d'un bourgeois. Le récit se construit autour de deux dates : le 12 mars 1938, lorsque l'Allemagne nazie annexe l'Autriche, et le 31 août 1948, lorsque l'écrivain et sa famille quittent la Hongrie, désormais pays satellite de l'U.R.S.S.

Mêlant confession intime et analyse historique, Márai évoque cette période cruciale de la Hongrie, auscultant une société tiraillée entre désir d'indépendance et rêve de grandeur nationale qui va finir par servir l'Allemagne nazie. Véritable réquisitoire contre le fascisme et la barbarie, le récit révèle un humaniste engagé, un homme conscient qui aspire à une autre voie que celle de l'État totalitaire dans laquelle le pays va s'engouffrer.

D'une grande honnêteté intellectuelle, Ce que j'ai voulu taire est le témoignage exceptionnel d'un des plus grands auteurs du XXe siècle, contraint de quitter un pays qui a nourri son oeuvre. Il éclaire aussi, par une réflexion résolument moderne, les paradoxes de la Hongrie et de l'Europe d'aujourd'hui.

Biographie

Né en Hongrie en 1900, Sándor Márai connaît dès ses premiers romans un immense succès. Antifasciste déclaré dans une Hongrie alliée à l'Allemagne nazie, il est pourtant mis au ban par le gouvernement communiste de l'après-guerre.
En 1948, il s'exile et s'installe en 1952 aux États-Unis où il mettra fin à ses jours en 1989. Depuis une dizaine d'années, il est devenu un auteur culte de la jeunesse hongroise et jouit dans le monde entier d'une réputation égale à celle d'un Zweig, d'un Roth ou d'un Schnitzler.

Du même auteur : Sandor Marai