Comme à la guerre
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 186 pages
Poids : 166 g
Dimensions : 13cm X 19cm
Date de parution :
EAN : 9782752900869

Comme à la guerre

de

chez Phébus

Collection(s) : Libretto

Paru le | Broché 186 pages

Poche
7.60 Disponible - Expédié sous 5 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit de l'anglais par Claude Elsen


Les libraires en parlent

Mr julien de la panneterie (Millepages Librairie)

Cuba, 1961. Une petite guerre faite sur commande pour que les cocos soient ramenés à la raison ; une catastrophe aux allures d’opérette tropicale manigancée par l’Agence-américaine-éternelle ( sous un nom ou sous un autre, la CIA par exemple). Au sud de La Havane, la baie des Cochons, une plage de rêve assiégée par la guerre froide. Une plage, des marécages et beaucoup d’hommes à éviter à tout prix pour Charles Fanent, barbouze récalcitrante et  salaud amoureux au bout du rouleau.

L’incontournable collection Libretto réédite heureusement un petit classique de la littérature d’espionnage, un roman noir, très noir, sous le soleil exactement.

Quatrième de couverture

Il arrive - rarement - qu'un roman d'espionnage relève de la meilleure littérature. Il est vrai que Graham Greene considérait Norman Lewis comme «l'un des meilleurs écrivains du siècle». Alors...

Charles Fane, intellectuel anglais de couleur indécise, s'ennuie ferme lorsqu'un camarade perdu de vue lui propose une «affaire». Manigancée par la CIA, elle a l'air des plus tordues, mais Fane en a vu d'autres : il accepte de jouer les espions le temps d'un voyage à Cuba.

Nous sommes en 1961, et ses «employeurs» s'intéressent tout spécialement à une plage de rêve baptisée «la baie des Cochons»... idéale pour un petit débarquement d'opposants à la dictature de l'ami Fidel. Las, dans la vie comme dans les romans, les coups tordus ont une sale tendance à devenir des coups foireux...

«Un roman désinvolte, cruel... Jubilatoire jusqu'au bout !»

Jean-Luc Coatalem / Le figaro magazine

«Pas loin d'un chef-d'oeuvre.»

Frédéric Vitoux / Le nouvel observateur

«Entre Graham Greene et John le Carré.»

Dominique Durand / Le canard enchaîné