Comment l'Empire romain s'est effondré
facebook google+ twitter

Comment l'Empire romain s'est effondré

le climat, les maladies et la chute de Rome

de

chez La Découverte

Paru le | Broché 542 pages

Public motivé

Grand format Livre broché
25.00 En stock - Expédié sous 24h
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Philippe Pignarre | préface de Benoît Rossignol


Comment l'empire romain s'est effondré

Le climat, les maladies et la chute de Rome

Comment Rome est-elle passée d'un million d'habitants à 20 000 (à peine de quoi remplir un angle du Colisée) ? Que s'est-il passé quand 350 000 habitants sur 500 000 sont morts de la peste bubonique à Constantinople ?

On ne peut plus désormais raconter l'histoire de la chute de Rome en faisant comme si l'environnement (climat, bacilles mortels) était resté stable. L'Empire tardif a été le moment d'un changement décisif : la fin de l'Optimum climatique romain qui, plus humide, avait été une bénédiction pour toute la région méditerranéenne.

Les changements climatiques ont favorisé l'évolution des germes, comme Yersinia pestis, le bacille de la peste bubonique. Mais « les Romains ont été aussi les complices de la mise en place d'une écologie des maladies qui ont assuré leur perte ». Les bains publics étaient des bouillons de culture ; les égouts stagnaient sous les villes ; les greniers à blé étaient une bénédiction pour les rats ; les routes commerciales qui reliaient tout l'Empire ont permis la propagation des épidémies de la mer Caspienne au mur d'Hadrien avec une efficacité jusque-là inconnue. Le temps des pandémies était arrivé.

Face à ces catastrophes, les habitants de l'Empire ont cru la fin du monde arrivée. Les religions eschatologiques, le christianisme, puis l'islam, ont alors triomphé des religions païennes.
L'Empire tardif a connu des changements climatiques importants qui ont favorisé l'évolution des germes, comme le bacille de la peste bubonique. Les Romains laissèrent aussi prospérer les conditions qui dégradaient leur environnement : bains publics bouillons de culture, égouts malsains, greniers à blés remplis de rats, etc. Avec l'arrivée des pandémies, les Romains ont cru à la fin du monde. ©Electre 2019
Format : Broché
Nb de pages : 542 pages
Poids : 650 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-348-03714-6
EAN : 9782348037146