Comment sommes-nous devenus réacs ?

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 200 pages
Poids : 292 g
Dimensions : 14cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-213-71647-3
EAN : 9782213716473

Comment sommes-nous devenus réacs ?

de

chez Fayard

Collection(s) : Raison de plus , Documents

Paru le | Broché 200 pages

Tout public

18.00 Disponible - Expédié sous 48h ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

Comment sommes-nous devenus réacs ?

Aucune digue n'empêche plus aujourd'hui les représentants de l'extrême droite, voire de l'ultra-droite, d'intervenir dans les médias sous couvert d'objectivité et de respect de la pluralité politique. Certains offrent même une tribune de choix aux plus fervents réacs. Lesquels y dénoncent pêle-mêle l'islamo-gauchisme, le wokisme, la cancel culture (« on ne peut plus rien dire »), l'immigration incontrôlée ; à l'inverse, les tentatives d'expliquer sociologiquement un événement ou un comportement sont fréquemment assimilées à la « culture de l'excuse » et par là même dévaluées. Il n'en a pas toujours été ainsi. L'omniprésence de ces discours est un symptôme de la modification plus générale des débats publics et des nombreuses batailles culturelles (à commencer par la lutte contre le racisme) que la gauche a perdues. Si l'on reprend toute la chaîne qui conduit de la production jusqu'à la diffusion des idées, les équilibres se sont considérablement modifiés depuis les années 1970. Des nouvelles règles du monde intellectuel à la concentration de l'édition et des médias, en passant par la transformation des partis politiques, tout est fait pour que les fast thinkers et les experts auto-proclamés triomphent et portent haut la voix de la réaction. Jusqu'à quand ?

Biographie

Frédérique Matonti enseigne la science politique. Elle a publié notamment Intellectuels communistes. Essai sur l'obéissance politique, La Nouvelle Critique (1967-1980) (La Découverte, 2005), Le genre présidentiel. Enquête sur l'ordre des sexes en politique (La Découverte, 2017). Elle travaille actuellement sur le « moment structuraliste ».