Comment tout peut s'effondrer
facebook google+ twitter

Comment tout peut s'effondrer

petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes

de ,

chez Seuil

Collection(s) : Anthropocène

Paru le | Broché 296 pages

Public motivé

Grand format Livre broché
19.00 En stock - Expédié sous 24h
Ajouter au panier Frais de livraison

postface de Yves Cochet


Thierry LIMON DUPARCMEUR (LIBRAIRIE SAINTE-HORTENSE)

Dans ce livre de 2015, mais plus que jamais d’actualité, les auteurs se penchent sur les interconnexions complexes entre l’évolution climatique et environnementale de notre monde, notre système industriel, et les régimes politiques qui nous gouvernent.

En s’appuyant sur des exemples de sociétés aujourd’hui disparues, ils nous montrent comment un système bio-socio-économique qui semblait voué à une extension éternelle peut, très rapidement, par une conjonction de phénomènes simultanés et dépendants, se retourner vers une décroissance extrêmement brutale qui peut aller jusqu’à sa disparition.

Des experts avaient déjà perçu, vers 1970, une forte probabilité d’effondrement de notre société entre 2010 et 2030. Les auteurs montrent que le déroulement des événements, sur les quatre décennies qui ont suivi, tendent à leur donner raison.  Et, depuis l’écriture de ce livre, l’actualité récente  (accélération du réchauffement climatique, Brexit, élections américaines, montée de régimes autoritaires et/ou de partis extrémistes en Europe, fanatismes religieux, sans parler des tout récents mouvements de contestation de la démocratie représentative en France, sont autant de faits annonciateurs d’une mutation cataclysmique de notre monde à une échéance non datable, mais suffisamment proche pour que les générations actuelles la vivent.

L’effondrement semble non seulement inéluctable, mais il a même débuté. En prendre conscience et agir en conséquence, c’est déjà préparer le monde d’après.

Un livre passionnant, facile à lire, et indispensable…

Et si notre civilisation s'effondrait ? Non pas dans plusieurs
siècles, mais de notre vivant. Loin des prédictions Maya et autres
eschatologies millénaristes, un nombre croissant d'auteurs, de
scientifiques et d'institutions annoncent la fin de la civilisation
industrielle telle qu'elle s'est constituée depuis plus de deux
siècles. Que faut-il penser de ces sombres prédictions ? Pourquoi
est-il devenu si difficile d'éviter un tel scénario ?

Dans ce livre, Pablo Servigne et Raphaël Stevens décortiquent
les ressorts d'un possible effondrement et proposent un tour d'horizon
interdisciplinaire de ce sujet - fort inconfortable - qu'ils
nomment la «collapsologie». En mettant des mots sur des intuitions
partagées par beaucoup d'entre nous, ce livre redonne de
l'intelligibilité aux phénomènes de «crises» que nous vivons, et
surtout, redonne du sens à notre époque. Car aujourd'hui, l'utopie a
changé de camp : est utopiste celui qui croit que tout peut continuer
comme avant. L'effondrement est l'horizon de notre génération,
c'est le début de son avenir. Qu'y aura-t-il après ? Tout cela reste
à penser, à imaginer, et à vivre...
L'interconnexion des crises (environnementale, énergétique, démographique, socio-économique) provoque des instabilités systémiques et menace la sécurité humaine. Cet ouvrage expose les méthodes scientifiques et les résultats de ce nouveau champ d'études multidisciplinaires de l'effondrement, champ baptisé "collapsologie". ©Electre 2019

Yann Caroff le 06/12/2019

Un livre (malheureusement) factuel et dépassionné

C'est une hypothèse à laquelle je souscris depuis quelques années mais qui est très bien résumée dans le livre de Pablo Servigne et Raphaël Stevens: "Comment tout peut s'effondrer" sorti en avril 2015 et qui a porté au grand public la notion de collapsologie initiée par Yves Cochet en son temps. En effet, je crois, probablement du fait de ma culture scientifique et de ma maîtrise correcte de la règle de trois, qu'un monde limité, aux ressources limitées et pour l'essentiel d'entre elles non renouvelables (pétrole, gaz, charbon fossile) ou faiblement renouvelables (minerais métallifères) ne peut pas supporter durablement nos modes de vie diablement énergivores, avec à la fois une population mondiale qui continue d'augmenter, et la quantité d'énergie requise pour satisfaire nos "besoins" elle aussi en constante augmentation. Je suis ce que l'on appelle un décroissantiste et je pense l'être par lucidité. Je baigne aussi depuis suffisamment longtemps dans le monde des nouvelles technologies pour ne plus croire qu'une solution d'optimisation suffisante viendra de là. Nos sociétés dites développées ne tiennent que parce que l'énergie est disponible à bas coût pour alimenter les machines qui ont remplacé l'huile de coude humaine avec le temps. Il est vraiment de prime importance de réaliser à quel point la construction des sociétés contemporaines, et en particulier la paix sociale, repose sur le socle de la disponibilité des ressources énergétiques. Ce qui a fait la force de l'édifice depuis 200 ans est en train d'en devenir le talon d'Achille. À titre d'exemple, la production de nourriture repose sur la paysannerie qui représente 3.5% de la population en France: un agriculteur peut à lui seul et grâce aux machines qui consomment du pétrole gérer une centaine d'hectares, et sans pétrole, nous aurons un gros problème pour nourrir les populations, en particulier au sein des grandes villes construites sur l'abolition des distances permises elle aussi par la disponibilité du pétrole. Le pic du pétrole est passé depuis 10 ans. Or le PIB est directement indexé sur la production de pétrole. En d'autres termes, si la production de pétrole baisse, c'est toute la société qui baisse avec, et en particulier le monde occidental qui en est totalement dépendant. Cette baisse est inéluctable car dépendant de facteurs physiques. Maintenant, toute la question est de savoir quelle forme va prendre cette baisse. Est-ce que ce sera une décroissance douce et linéaire, des oscillations à tendance baissière, une suite d'écroulements façon tectonique des plaques, ou encore un effondrement brusque et quasi total ? Pour répondre à ce genre de questions, les auteurs du livre proposent de faire de l'effondrement un objet d'étude et ont nommé cette nouvelle discipline la collapsologie (collapse = effondrer, en anglais). J'avais quelques a priori négatifs en entamant la lecture de cet ouvrage, notamment en raison de la multiplication des discours totalement pessimistes et aux remugles apocalyptiques tenus par une frange grandissante de la population éduquée qui se réclame de la collapsologie (et qui s'appellent entre eux les collapsos). J'ai une tendance assez naturelle à me méfier de prime abord des positions extrémistes, et je me tiens très prudemment loin des idéologies. De mon point de vue, toute position sur le monde doit reposer sur des faits et des données, le reste n'est qu'opinions. J'ai donc été agréablement surpris de découvrir dans ce livre un raisonnement tout à fait correctement construit, qui repose sur des bases physiques fait appel à des outils mathématiques. Mais après tout, Paolo Servigne est ingénieur agronome et docteur en sciences, et il dispose de ce fait du bagage méthodologique nécessaire pour construire une théorie qui tienne la route. Les dangers qui guettent l'humanité sont multiples. Il y a donc cette dépendance au pétrole qui à elle seule suffirait à un effondrement des sociétés. Mais il y a également le réchauffement climatique d'origine anthropique qui vient se rajouter à l'équation pour mettre encore de l'huile sur le feu et compliquer toute tentative de transition décroissante. Sur la route, on trouve aussi des points de bascule irréversibles comme la fonte du pergélisol ou l'extinction massive des espèces et en particulier des insectes pollinisateurs, qui amplifient le phénomène et contribuent à faire passer d'autres points de bascule irréversibles. Tout cela se passe dans un temps relativement long et n'est pas détectable par nos seuls sens, ce qui contribue à alimenter le déni, en premier lieu des décisionnaires, et en deuxième instance, des consommateurs qui regimbent à l'idée de réduire leur train de vie. Pour prendre conscience de tout cela, il faut donc faire confiance à des tiers, les scientifiques, et à leurs outils de mesure et de calcul. C'est ni plus ni moins ce que nous exhorte Greta Thunberg à faire du haut de son mètre cinquante. Mais ce n'est pas partie gagnée dans le contexte de défiance générale à l'égard des autorités et des passeurs d'informations que sont les scientifiques et les journalistes. C'est pour ces raisons que les auteurs sont passés par les 5 étapes du deuil tout au long de leurs recherches et de la rédaction de cet ouvrage. Non seulement, nous ne ralentissons pas, mais au contraire nous accélérons. Le Titanic fonce droit sur l'iceberg et l'orchestre continue de jouer. Et c'est fort de ce constat que la collapsologie inclut dans son champ l'étude des signes avant-coureurs, l'étude des différents étapes des effondrements telles qu'identifiées par Dmitry Orlov (par ordre chronologique: effondrements financier, économique, politique, social, culturel et enfin écologique), ainsi que la sociologie de l'après. Il peut être en effet utile d'un point de vue anthropocentrique, de tenter d'identifier quels pourraient être les types de sociétés qui se mettront en place selon les types d'effondrement et les paramètres géographiques. J'ai donc trouvé ce livre particulièrement intéressant, très abordable, bien documenté et mon avis est désormais que la collapsologie en tant que discipline scientifique tient absolument la route. Il nous faudra tous vivre les étapes du deuil, et en particulier passer à travers les états dépressifs que le sentiment d'impuissance fait inévitablement naître. Mais le jeu en vaut la chandelle car la transition vers un monde aux ressources raréfiées se fera, avec ou sans l'humain.

Hélène D. le 23/10/2019

A lire absolument

Une initiation didactique et incontournable à la collapsologie

PG le 24/09/2019

Un must.

Céline D. le 29/08/2019

Passionant

J'ai dévoré ce livre : lucide, très compréhensible et objectif, j'ai eu l'impression que des mots étaient enfin mis sur mes ressentis du quotidien. Je le recommande à toute personne s’intéressant à la vie de la société et du monde en générale

Anne B. le 27/05/2019

Indispensable et marquant

On pressentais les informations qui allaient nous être délivrées mais on ne se doutait pas de la gravité de la situation. Si rien de précis sur ce qui va se passer n'est décrit, les pistes sont très éclairantes et ont le mérite de casser des scénarios et d'en préciser d'autres, de sortir du romanesque ou de l'hollywoodien. Excellent mélange de compilation de faits, de prévisions et d'empathie. Cet ouvrage ne nous balance pas froidement des chiffres alarmants, il parle de l'effet sur notre moral et des défis qui nous attendent.

Benjamin C. le 29/04/2019

CHANGEONS

Bonjour à vous, si vous me lisez c'est que vous êtes sceptique à ce que pourrai contenir les informations de ce livre, et pourtant il ne dit que la réalité. Si je devais définir ce livre en deux mots, ce serai RÉALISTE et ENCOURRAGEANT. Oui Pablo Servigne et Raphaël Stevens nous livre une synthèse de plusieurs dizaines de bouquins traitant de questions diverses sur la politique, l'économie, l'énergie et j'en passe menant toutes à une fin (presque) inévitable de notre civilation, c'est un constat bien alarmant mais également encourageant à lutter quotidiennement pour faire changer les choses. Si vous voulez un point complet sur ce qui arrive et va arriver à notre civilation et les causes de cet effondrement foncez vous procurer ce livre !

Format : Broché
Nb de pages : 296 pages
Poids : 332 g
Dimensions : 15cm X 19cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-02-122331-6
EAN : 9782021223316

Du même auteur : Pablo Servigne


Du même auteur : Raphaël Stevens