Fortune de France. Vol. 12. Complots et cabales
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 444 pages
Poids : 567 g
Dimensions : 16cm X 23cm
Date de parution :
EAN : 9782877064101

Complots et cabales

Fortune de France

chez Ed. de Fallois

Paru le | Broché 444 pages

23.00 Disponible - Expédié sous 48h ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

Le lecteur remarquera que, si dans les deux premiers tomes de la série, Fortune de France et En nos vertes années, le premier champêtre et le second estudiantin, le héros n'est que lointainement touché par les grands complots de son temps, tout change quand il s'installera à Paris et sera introduit à la Cour. A partir de ce moment, c'est-à-dire dès le troisième tome intitulé Paris ma bonne ville, il ne peut qu'être mêlé aux affrontements entre Henri III et les ligues.

Les tomes suivants sont si marqués par de sanglantes péripéties qu'ils auraient tout aussi bien pu s'intituler Complots et Cabales. Mais j'ai bien fait de réserver le titre pour ce roman-ci, car c'est au moment où l'amitié se resserre entre Louis XIII et Richelieu, soudés par une politique clairvoyante et courageuse, que les cabales et complots se multiplient et deviennent aussi plus dangereux, car toute la famille du roi s'y trouve mêlée. Tant est que Louis XIII et son irremplaçable ministre n'ont pas seulement à faire face à la cabale des Grands, à celle des dévots, à celle des vertugadins diaboliques, mais aussi à sa propre famille : sa mère, son frère et son épouse.

Je voudrais ajouter encore un mot sur le titre. Logiquement, j'aurais dû appeler le présent livre Cabales et Complots, car ce sont les cabales qui fomentent les complots et non l'inverse. J'ai toutefois inversé les termes, et point seulement pour des raisons d'euphonie. Il me semble qu'il y a dans la «cabale» un acharnement sinistre qui sonne comme un glas. Mais je voudrais toutefois que le lecteur se rassure : il se ramentevra sans doute que, plus heureux que Henri III et Henri IV, Louis XIII ne mourra pas assassiné. En revanche, comme il arrive si peu souvent dans l'Histoire, ce sont les méchants qui sont punis.

Robert Merle