Contribution à l'histoire du mouvement social français
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 496 pages
Poids : 582 g
Dimensions : 14cm X 22cm
Date de parution :
EAN : 9782738453549

Contribution à l'histoire du mouvement social français

de

chez L'Harmattan

Paru le | Broché 496 pages

Tout public

40.15 Disponible - Expédié sous 13 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

textes choisis pat Claude Géraud | préface Madeleine Rebérioux


Quatrième de couverture

Après la disparition de Victor Fay, le 29 juin 1991, ses amis prirent la décision de publier plusieurs recueils de ses textes. Après un premier ouvrage consacré à l'histoire de l'URSS, un deuxième sur l'autogestion, voici le troisième, centré sur l'histoire du mouvement social français.

Les articles reproduits dans ce volume sont d'une étonnante actualité, que ce soit sur les actions des partis de gauche que Victor Fay cherche à inspirer ; ou des critiques acerbes des gouvernements de droite, dont celui intitulé «Barre à la trappe».

On découvre, dans cet ouvrage, la pensée d'un militant riche d'expérience et d'une culture marxiste plus luxembourgiste que léniniste. C'est le regard de Victor Fay, militant engagé et journaliste, sur l'évolution du mouvement social français qui vous est présenté ici au travers d'une sélection d'articles, d'interviews, de contributions à des colloques et de documents.

Les textes ici choisis, l'ont été dans la mesure où ils éclairaient l'actualité d'aujourd'hui. Il s'agit de mettre en valeur l'ampleur de la «vision historique» de Victor Fay, comme le souligne Madeleine Rebérioux dans sa préface.

Plus encore, au-delà du militant, Victor Fay fut un éducateur. Il nous a appris que, si l'histoire ne peut être objective, elle doit habituer les militants à la critique et leur apprendre à penser au lieu de répéter. Là est l'essentiel.

Biographie

Victor Fay est né le 18 mai 1903. Il milite à Varsovie au mouvement communiste jusqu'en 1925. Venu en France, il fait des études de lettres et de droit à Toulouse. Entre 1929 et 1933, il participe à la mise en place et à la direction des écoles de cadres du PCF. Après sa rupture avec le parti communiste, il adhère au parti socialiste, participe à la Résistance. A la Libération, il déviant rédacteur en chef du quoditien Lyon libre, puis du journal Combat et des émissions vers l'étranger de l'ORTF (avjourd'hui RFI). Il a collaboré au Monde diplomatique et à un grand nombre de journaux et revues, français et étrangers. Il fut l'un des dirigeants du PSU ainsi qu'un responsable syndical et un des meilleurs spécialistes français de l'autogestion ; au total, soixante-treize ans de vie militante consacrés à la défense du mouvement ouvrier et racontés dans ses mémoires, La flamme et la cendre, histoire d'une vie militante (Presses Universitaires de Vincennes).