Cris !
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 103 pages
Poids : 150 g
Dimensions : 15cm X 20cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-919483-16-7
EAN : 9782919483167

Cris !

de

chez L'Echappée belle

Collection(s) : Pioche

Paru le | Broché 103 pages

20.00 Disponible - Expédié sous 5 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

Le Salut est dans la fugue

Elle arriva au camp rom : c'est ici que l'initiation amorcée avec l'arbuste se poursuivrait férocement. Même en cette heure nocturne, le camp grouillait de vie, bandé et bondé ; c'était un enclos de vitalité prêt à craquer, un organe saturé des forces refoulées du corps social, la concentration d'énergie d'une fête, d'une terrible lutte, d'une immense famille, d'une famille sans forme ni feintise, explosive et expansive : c'était le miracle d'une famille à la mesure de l'adolescence !

L'Échappée Belle Édition

Biographie

Professeur Fernande a grandi dans les frénésies climatiques de la Provence. Comme un pin au bord d'une falaise, il en est resté définitivement tordu ! Sa sensibilité et sa sensualité sont si aiguës qu'elles en sont douloureuses et marginales. Comme l'Ordre Moral l'a vite inscrit dans son collimateur, il a très jeune tourné ses regards vers la littérature maudite et trempé ses mains dans une écriture aussi sinistre que vitaliste. Son premier recueil (Vous m'en direz des nouvelles !) témoigne d'un amour mystique pour la vie sauvage. Cette passion ne l'a jamais quitté, même dans le 93 où il habite désormais, cette autre terre de maquis ! Il aime à contempler comment la nature se perpétue et les crimes se perpètrent en milieu urbain. Il observe la vie des Séquano-Dio-nysiens, ces êtres aussi discrets que bigarrés, et comment ils luttent dans les interstices de notre société. Cela l'a inspiré dans ce 2ème recueil de nouvelles : Cris ! Cris de révolte contre une société criminelle à force d'être égoïste, policée et sécuritaire. Dans un recueil de nouvelles à paraître, intitulé Quelles farces !, il prolonge cette vision tragique du monde, mais sur un ton ostensiblement grotesque...