Daniel Wallard, photographe clandestin réputé pharmacien
facebook twitter

Daniel Wallard, photographe clandestin réputé pharmacien

chez BVR

Paru le | Broché 243 pages

Tout public

Grand format Livre broché
30.00 Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

préface de Pierre Juquin | introduction de Hamid Fouladvind


Enfant de hussards noirs de la République, Daniel Wallard (1913-1983) fut un chevalier blanc de l'humanisme. Élevé dans les pâtures de Maubeuge, ceintes par de sombres forêts, il tomba amoureux des herbages gras de Touques dominant la mer. Fondateur de la Maison de la culture de Lille en 1 935, ce compagnon de route du Parti communiste français y convia André Gide, Fernand Léger et Louis Aragon. Auxiliaire du service de santé sur le front républicain espagnol, l'été 1936, Daniel Wallard, devenu pharmacien à Trouville-sur-Mer en 1939, gagna l'Hôpital de Cambrai dès la mobilisation estivale très ébranlé par le pacte germano-soviétique. Ami de Jean Paulhan - le secrétaire général de la Nouvelle Revue Française - il entre en Résistance à ses côtés et tient la rubrique Les Arts dans la revue Poésie, animée par le poète Pierre Seghers en zone libre. Il défile dans les rues de Trouville-sur-Mer en 1951 en soutien aux époux Ethel et Julius Rosenberg mais prend définitivement ses distances avec le PCF en 1953 lors du « complot » des Blouses Blanches qui vit Joseph Staline s'attaquer, cette fois, aux médecins.

Sous l'Occupation, Jean Paulhan lui fait connaître Paul et Nusch Éluard, Georges et Marcelle Braque, Paul Valéry ou Jean et Lili Dubuffet. Critique d'art sensible et collectionneur avisé, Daniel Wallard possédera des oeuvres de Marie Laurencin, Georges Braque, André Masson, André Lhote, Raoul Dufy, Moïse Kisling, Jean Dewasne, Yvonne Guégan et de nombreux Fernand Léger et Jean Fautrier. Fasciné, il n'aura de cesse de photographier des artistes d'excellence dont Alexandre Calder, Biaise Cendrars, Elsa Triolet, Lili Brik, Fernand Ledoux, Jean Grémillon, Lucien Coutaud, Jean Effel, Pierre Seghers, André Hambourg, Georges Delerue, Marc Chagall, Claude Chabrol ou Jean-Paul Sartre. L'écrivain Marcel Jouhandeau lui rendra hommage en quelques mots trempés dans l'acier : « Il y a vol, viol, violence dans votre violon d'Ingres ».

Pour saisir un texte, on en photographie les mots. Pour appréhender le réel, on le balaye du regard. Daniel Wallard nous invite à balayer les mots pour en retrouver le suc, à photographier la vie pour s'extirper du néant jusqu'au vertige. Ce recueil conçu par l'historien d'art Benoît Noël et préfacé par le biographe de Louis Aragon, Pierre Juquin, offre également une introduction du poète iranien Hamid Fouladvind. Cet album révèle enfin des vues radieuses de Trouville-sur-Mer auréolées de rencontres d'un jour ou plus...
Un portait de Daniel Wallard, fondateur du Centre culturel de Lille, compagnon de route du PCF, et pharmacien, mais aussi un choix de ses photographies, notamment des portraits de Gide, Léger, Aragon, Cendrars, Paulhan, Seghers, Chagall ou encore Sartre, et des vues de Trouville et de Touques. ©Electre 2021
Format : Broché
Nb de pages : 243 pages
Poids : 1300 g
Dimensions : 22cm X 31cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-9556296-1-1
EAN : 9782955629611