De l'espérance Lire les informations techniques

De l'espérance

De Josef Pieper chez Raphaël

Broché 105 pages
Paru le 25/01/2002
14,00
Disponible - Expédié sous 10 jours ouvrés

« Les phrases de Pieper sont admirablement construites et ses idées s'expriment avec une clarté optimale. Josef Pieper rend à la philosophie ce que le simple bon sens aspire obstinément à y trouver : le discernement et la sagesse.
T.S. Eliot

Espérer, c'est d'abord refuser le sentimentalisme de celui qui veut se croire déjà « arrivé ». C'est savoir que nous sommes en marche.

À l'espérance, qu'il réaffirme comme une vertu, Josef Pieper oppose ses deux pires ennemis : le désespoir et la présomption. Ces deux formes de non-espoir sont, au sens propre du terme, inhumaines et mortelles. Le désespoir, parce qu'il nie que nous sommes en chemin vers l'accomplissement ; la présomption parce qu'elle affirme comme accompli quelque chose qui ne l'est pas encore.

À la racine du désespoir, nous retrouvons la tristesse indolente, si caractéristique de notre époque, ce rejet de la magnanimité, de la volonté de choisir, en tout temps et en tout lieu, la solution la plus grande, la plus belle, la plus noble pour l'être humain créé à l'image de Dieu.

Ce livre de J. Pieper est une authentique invitation à retrouver la grâce de persévérer.

La seule réponse qui soit conforme à la situation réelle de l'existence humaine est l'espérance.

La perte coupable de l'espérance naturelle tire sa nourriture de deux racines : le manque de magnanimité et le manque d'humilité.

La jeunesse de l'homme qui aspire à l'éternel est, par nature, indestructible. Elle ne donne prise ni au vieillissement ni à la déception.

Biographie

Né en 1904 en Westphalie, Josef Pieper a étudié la philosophie, la sociologie et le droit à Berlin et à Münster. Il s'est très tôt intéressé aux auteurs classiques grecs et aux écrits de Thomas d'Aquin. Écrivain à plein temps dans les années trente, il s'est démarqué de nombreux intellectuels allemands en refusant d'emblée tout contact avec le régime nazi.
Après la Seconde Guerre mondiale, il a enseigné la philosophie à Münster et dans diverses autres universités du monde. Son oeuvre lui a valu de nombreuses distinctions internationales, dont le Prix Balzan (l'équivalent du prix Nobel pour les sciences humaines), et le prix Romano Guardini.
Respecté dans le monde entier pour ses analyses pénétrantes et ses explications lumineuses des concepts chrétiens les plus cruciaux, Josef Pieper est mort à Münster en 1997.