De papier, de fer et de sang
facebook twitter

De papier, de fer et de sang

chevaliers et chevalerie à l'épreuve de la modernité (ca 1460-ca 1620)

de

chez Editions de la Sorbonne

Collection(s) : Histoire moderne, n° 56 , Guerre et paix, n° 6

Paru le | Broché 671 pages

Public motivé

Grand format Livre broché
45.00 Disponible - Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

préface Hervé Drévillon | postface Arlette Jouanna


Le XVIe siècle est considéré comme le «crépuscule de la chevalerie». La violence
des guerres d'Italie, la haine des affrontements religieux et l'expérience
de la guerre moderne y seraient venues à bout de ses pratiques et de son idéal.
Pourtant, cette période est aussi celle du chevalier Bayard, de l'adoubement
de François Ier au soir de Marignan et de la mort d'Henri II lors du tournoi de
la rue Saint-Antoine. Jamais cet idéal n'avait été autant invoqué par les princes
et leurs hommes de guerre. Mais comment pouvaient-ils encore se dire chevaliers
? Pourquoi en éprouvaient-ils même le besoin ? Cette chevalerie, à laquelle
ils vouaient un véritable culte, était-elle encore celle du Moyen Âge ? Voilà
quelques-unes des questions qui conduisent la réflexion de Benjamin Deruelle.
À partir d'une étude des pratiques littéraires, guerrières et symboliques de la
chevalerie, il nous invite à redécouvrir cet idéal avec les yeux des gentilshommes
de la première modernité. Ce cheminement au travers des romans de chevalerie,
des cérémonies du pouvoir ou de la violence de ces gentilshommes dévoile un
versant essentiel, et pourtant peu connu, de leur imaginaire. La redécouverte de
cette culture, réinventée pour mieux survivre, et de ses multiples appropriations
rend ainsi à cet idéal martial son rôle d'acteur à part entière de l'histoire. La
chevalerie redevient alors ce langage autour duquel une monarchie, plus forte
que jamais, s'oppose et communie avec sa noblesse. Cette étude revisite ainsi
les figures multiples du chevalier et de la chevalerie au moment même où ce
mythe fondateur de l'imaginaire de l'Occident est reforgé dans le papier, le fer
et le sang de la guerre.
Une étude de la culture et de l'idéal chevaleresques à la Renaissance, revisitant les figures multiples du chevalier et de la chevalerie dans leurs dimensions littéraire, politique, sociale, culturelle et militaire. L'auteur déconstruit ses mythes et dresse un portrait de la chevalerie à l'entrée de la modernité. ©Electre 2020
Format : Broché
Nb de pages : 671 pages
Poids : 1060 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-85944-910-0
EAN : 9782859449100