Demain c'est loin
facebook google+ twitter

Demain c'est loin

de

chez Seuil

Collection(s) : Cadre noir

Paru le | Broché 182 pages

Grand format Livre broché
17.00 Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

()

Humour caustique et dialogues mordants sont les maîtres mots de ce roman fou ! L'auteur nous embarque dans une succession de péripéties espiègles et irrérencieuses entre Lyon et sa banlieue, grace à deux personnages aussi mal barrés que sympathiques ! Coup de coeur !

Chronique Page des libraires, rédigée par Allan Viger Librairie des Cordeliers (Romans-sur-Isère)

Oui. J’assume. Jacky Schwartzmann, c’est un peu ma vague, ma tempête des 50 ans et Patrick Swayze englouti à tout jamais dans un rouleau monstrueux. Fin de la métaphore. J’ai découvert Schwartzmann en 2016, à la sortie de Mauvais Coûts, son premier roman noir, publié aux éditions La Fosse aux ours (disponible en poche chez Points depuis début octobre). Dans les grandes lignes, Mauvais Coûts, c’était l’histoire géniale d’un salaud de la pire espèce. Un connard des temps modernes. Cynique, misanthrope, acheteur dans une multinationale. Gaby Aspinall, de son petit nom pointu, se voyait investi de la mission ô combien jouissive de dynamiter de l’intérieur le monde froid et phagocytaire de la grosse entreprise ! Grande gifle sur nos petites joues rebondies de lecteurs prudes et silencieux ! Mauvais Coûts, c’était l’humour barje et amoral d’un C’est arrivé près de chez vous, associé à une puissante amertume en fin de bouche ! Dans ces conditions-là, soit le lecteur que vous êtes pousse des brames de plaisir, soit il éructe violemment en signe de désapprobation – et on ne peut rien faire pour vous ! Avec Demain c’est loin, publié au Seuil dans la collection « Cadre noir », Schwartzmann récidive ! La gouaille, toujours la gouaille ! La plume peut-être moins mordante que le doberman rageux de Mauvais Coûts mais encore foutrement carnassière et violemment drôle ! Demain c’est loin, c’est la rencontre accidentelle entre un métèque des quartiers de Lyon sur le retour (avec une tête d’Arabe et un prénom juif) et sa banquière lookée BCBG, coincée du cul et absolument détestable ! Une histoire de cavale improbable avec les flics et la cité au train arrière ! Un roman noir façon lutte des classes, quartiers en feu et fils-de-puteries où pour sauver sa peau, il s’agirait de mettre sa fierté et ses préjugés de côté ! Un putain de joyeux bordel en perspective !

« J'avais un nom de juif et une tête d'Arabe mais en fait j'étais normal. » Voici François Feldman, originaire de la cité des Buers à Lyon, plus tout à fait un gars des quartiers mais n'ayant jamais réussi non plus à se faire adopter des Lyonnais de souche, dont il ne partage ni les valeurs ni le compte épargne. Il est entre deux mondes, et ça le rend philosophe. Juliane, elle, c'est sa banquière. BCBG, rigide et totalement dénuée de sens de l'humour, lassée de renflouer le compte de François à coups de prêt. « Entre elle et moi, de sales petites bestioles ne cessaient de se reproduire et de pourrir notre relation, ces sales petites bêtes contre lesquelles nous ne sommes pas tous égaux : les agios. » Mais le rapport de force va s'inverser quand, un soir, François lui sauve la mise, un peu malgré lui, suite à un terrible accident. Et la banquière coincée flanquée du faux rebeu des cités de se retrouver dans une improbable cavale, à fuir à la fois la police et un caïd de banlieue. Pour survivre, ils vont devoir laisser leurs préjugés au bord de la route, faire front commun. Et c'est loin d'être gagné !
Originaire de la cité des Buers à Lyon, François Feldman demande régulièrement des prêts à sa conseillère financière Juliane Bacardi, pour faire tourner sa boutique. Suite à un accident, François lui sauve la vie. Ils fuient ensemble, poursuivis par la police et un caïd de banlieue. Prix Transfuge du meilleur espoir polar 2017. ©Electre 2019
Format : Broché
Nb de pages : 182 pages
Poids : 239 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-02-137086-7
EAN : 9782021370867

Du même auteur : Jacky Schwartzmann