Documents diplomatiques français : 1950 : 1er janvier-31 décembre
facebook twitter

Fiche technique

Format : Relié sous jaquette
Nb de pages : XLV-1234 pages
Poids : 2130 g
Dimensions : 17cm X 25cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-87574-315-2
EAN : 9782875743152

Documents diplomatiques français

1950
1er janvier-31 décembre

de

chez PIE-Peter Lang

Paru le | Relié sous jaquette XLV-1234 pages

Professionnels

87.51 Disponible - Expédié sous 23 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

publié par la Commission des archives diplomatiques | sous la direction de Georges-Henri Soutou, Etienne Santiard, Sylvain Wagnon-Charpy


Quatrième de couverture

L'année 1950 marque les progrès et la sophistication accrue de la perception du problème posé par le communisme soviétique. Le facteur idéologique dans le conflit Est-Ouest est désormais pleinement pris en compte : la France est vraiment entrée en Guerre froide. Mais le principal sujet, c'est la guerre de Corée. Le danger d'une extension du conflit est pris tout de suite très au sérieux. Paris choisit cependant la fermeté, ce qui n'empêche pas la prudence. Et on s'entend avec Londres dans ce sens, lors d'une rencontre le 2 décembre entre Pleven et Schuman et leurs homologues, Attlee et Bevin. En effet l'entrée en lice des Chinois en octobre et les réactions américaines inquiètent beaucoup Paris. Encore fin décembre, on veut garder l'option d'un retour des forces des deux camps sur le 38e parallèle, c'est-à-dire le rétablissement du statu quo ante.

L'affaire coréenne a de grandes répercussions sur l'ensemble de la politique extérieure. D'abord le problème du réarmement allemand est posé tout de suite de façon urgente. Les Américains envisagent la formation de dix divisions allemandes. On s'inquiète devant l'entente manifeste de Washington, Bonn et Londres à ce sujet. Le 16 septembre, Jean Monnet adresse à Schuman son fameux mémorandum : il suggère «un plan Schuman élargi» reprenant l'esprit de la proposition de Communauté charbon-acier présentée le 9 mai précédent, mais déclinée pour encadrer le réarmement allemand dans un ensemble européen.

Cependant le Quai n'apprécie guère la proposition de Jean Monnet et freine des quatre fers. La majorité des diplomates estiment que ce serait une rupture avec l'URSS et un obstacle à la politique d'intégration de l'Allemagne en Europe. Indiquons d'ailleurs qu'en ce qui concerne le «Plan Schuman» du 9 mai, le Quai ne s'en occupe vraiment que sur deux points : la question de la participation britannique et le problème de l'autorité de contrôle de la future Communauté charbon-acier.

La guerre de Corée a aussi de considérables conséquences pour le problème indochinois, en particulier à cause de la menace chinoise croissante et de l'évolution de l'attitude américaine par rapport à ce conflit : Washington commence à s'intéresser à la défense de l'Indochine.

Biographie

Georges-Henri Soutou est membre de l'Académie des Sciences morales et politiques et Professeur émérite à l'Université de Paris-Sorbonne (Paris-IV). Il est membre de la Commission des archives diplomatiques auprès du ministère des Affaires étrangères français. Il travaille sur les relations internationales au XXe siècle, en particulier sur la Première Guerre mondiale, les rapports franco-allemands et les relations Est-Ouest après 1945. Il a publié notamment L'Or et le Sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale (Fayard, 1989), L'Alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands, 1954-1996 (Fayard, 1996), La Guerre de Cinquante Ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990 (Fayard, 2001), L'Europe de 1815 à nos jours (PUF, 2007) et La grande illusion. Quand la France perdait la paix 1914-1920 (Tallandier, 2015).

Du même auteur : Ministère des affaires étrangères et du développement international