Dubuffet et l'art brut : exposition, Düsseldorf, Museum Kunst Palast, 19 févr.-29 mai 2005
facebook twitter

Fiche technique

Format : Relié
Nb de pages : 187 pages
Poids : 1156 g
Dimensions : 24cm X 29cm
Date de parution :
EAN : 9788874392261

Dubuffet et l'art brut

exposition, Düsseldorf, Museum Kunst Palast, 19 févr.-29 mai 2005

chez 5 continents éditions

Paru le | Relié 187 pages

Tout public

39.00 Indisponible

commissaires de l'exposition Jean-Hubert Martin, Lucienne Peiry, Michel Thévoz et Mattjis Visser


Quatrième de couverture

museum kunst palast

Quel est le rapport entre l'oeuvre de Dubuffet et l'Art Brut ? Entre Dubuffet créateur et Dubuffet collectionneur ? Etanchéité ou plagiat ? Curieusement, malgré l'abondance des ouvrages et des expositions consacrées à Dubuffet d'une part et à l'Art Brut d'autre part, leur relation n'a pas vraiment été envisagée spécifiquement. Elle a été quelquefois suggérée, sur le mode de l'allusion perfide et de l'amalgame, pour accréditer l'idée que Dubuffet aurait puise dans ses collections comme des un fonds de formes visuelles alternatives.

Le propos de cette exposition, c'est d'abord de couper court aux rumeurs, de réunir les éléments du dossier, d'organiser une confrontation, de manière à pouvoir juger sur pièces plutôt que de prejuger. Dubuffet écrit lui-même dans Bâtons rompus : « Je ne crois pas que mes travaux aient été influences par aucune forme particulière d'Art Brut. On peut dire d'eux seulement qu'ils ont été encouragés et stimulés par la prise de conscience que sont légitimes des formes d'art étrangères à l'art culturel, par la conviction qui m'est venue - au vu d'exemples - que, par des voies toutes différentes de celles qu'emprunte l'art culturel, il est possible d'obtenir des moyens d'expression plus complets et plus féconds ».

A partir de 1945, grâce à ses premières découvertes d'oeuvres d'Art Brut, Dubuffet réalise la complicité qui le lie à leurs auteurs. Les oeuvres de l'exclusion et de la clandestinité se révèlent à maints égards en adéquation avec ses propres préoccupations il y découvre l'existence de nouveaux champs d'investigations, la possibilité de développer des dispositions mentales inédites, la faculté d'élaborer des systèmes d'expression sur d'autres bases et selon d'autres principes que ceux qui sont socialement inculques.

Cependant, les productions d'Art Brut n'ont pas constitué des modèles esthétiques. Si la figuration de Dubuffet présente certaines parentés avec ces expressions, ce phénomène doit être envisagé comme le reflet d'une influence déterminante, qui a eu prise sur la démarche philosophique et idéologique de l'artiste français, Dubuffet découvreur y a vu un encouragement à larguer lui aussi les amarres culturelles, à risquer ses propres impulsions et à frayer son propre chemin qui l'a mené au vagabondage expérimental.

L'objectif de cette exposition n'est pas d'inviter le public à enquêter pour déceler des analogies, des recoupements et des emprunts, qu'il serait d'ailleurs bien en peine d'attester. Le but en est d'activer des résonances dans un concert d'hétérogénéités des plus stimulantes.

Lucienne Peiry