Enquêtes archéologiques : l'affaire Valerius Proculus
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 174 pages
Poids : 426 g
Dimensions : 12cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-87772-640-5
EAN : 9782877726405

Enquêtes archéologiques

l'affaire Valerius Proculus

de

chez Errance

Paru le | Broché 174 pages

Tout public

26.00 Disponible - Expédié sous 8 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

préface de Jean-Paul Demoule


Quatrième de couverture

Enquêtes archéologiques

L'affaire Valerivs Procvlvs

L'archéologie est une science de l'interprétation des vestiges du passé. Écrite, elle devient Histoire. Entre les ouvrages scientifiques, inabordables pour les curieux, et les synthèses généralistes, qui constituent déjà un livre d'Histoire, se dissimule le travail de l'archéologue. C'est précisément le pari insensé de ce livre : dévoiler, jour après jour, les coulisses d'un métier qui reste encore aujourd'hui l'objet de nombreux fantasmes.

Sous la forme d'une véritable enquête policière, l'ouvrage décortique de nombreuses inscriptions latines sur céramique jugées au départ totalement énigmatiques. Produits mystérieux, écritures sibyllines et artéfacts insolites font l'objet d'une attention chirurgicale. Question après question, l'auteur dévoile ainsi sa méthode d'investigation. Et la logique du raisonnement apparaît presque simple. À partir des découvertes exceptionnelles réalisées ces dernières années dans le Rhône, le lecteur devient, l'espace d'un instant, un véritable archéologue.

À travers ces différentes enquêtes, qui se recoupent et s'alimentent, tout un pan de l'histoire économique et commerciale de la civilisation romaine se dévoile. Conversations téléphoniques, échanges de courriels, réflexions personnelles et humour participent à rendre cette recherche des plus vivantes.

Biographie

Archéologue plongeur au Musée départemental Arles antique, David Djaoui travaille sur le matériel archéologique des fouilles du Rhône. Chercheur associé au centre Camille-]ullian (laboratoire de recherche d'Aix-Marseille université - CNRS), il s'appuie sur son expérience du musée pour simplifier son propos, sans toutefois dénaturer la complexité de la réflexion archéologique.