Enseigner le droit public à Paris sous la troisième République
facebook twitter

Enseigner le droit public à Paris sous la troisième République

de

chez Dalloz

Collection(s) : Nouvelle bibliothèque de thèses, n° 150

Paru le | Broché

Professionnels

Grand format Livre broché
65.00 Disponible - Expédié sous 6 à 10 jours ouvrés - COVID oblige
Ajouter au panier Frais de livraison

préface de Jean-Louis Halpérin, Éric Millard


Le droit public est un élément structurant l'organisation des facultés de droit en France depuis
plus d'un siècle. La notion demeure pourtant peu interrogée dans ses soubassements historiques
à l'époque contemporaine. Cette étude cherche à y contribuer en tentant de saisir le droit public à
partir de l'histoire de son enseignement, généralisé à la fin du XIXe siècle. L'institutionnalisation du
droit public découle alors de l'élargissement de la fonction sociale des facultés de droit comme de la
valorisation de nouvelles méthodes d'approches du droit, qui renversent l'ancienne centralité du droit
civil et du droit romain. Ce processus national est ici vu à partir d'un contexte spécifique : celui de
la Faculté de droit de Paris, première faculté de France, et de son environnement académique saturé
d'établissements d'enseignement supérieur, comme l'École libre des sciences politiques.

Le processus de spécialisation des professeurs de droit, qui découle en particulier du sectionnement
de l'agrégation en 1896, loin de produire des résultats simples, crée une série d'équilibres instables et
de tensions. La volonté des publicistes de former un groupe distinct de celui des privatistes se heurte
au souhait largement répandu de maintenir l'unité de la science juridique. L'analyse des cours montre
également le droit public traversé par deux tendances : l'une en fait un savoir formalisé et autonome,
capable d'imposer sa logique propre à l'écume des faits, l'autre à l'inverse le rattache aux sciences
politiques et économiques. Le succès tardif de la première tendance ne doit pas dissimuler la volonté,
dans la première moitié du XXe siècle, de faire du droit public un savoir lié à l'actualité et explicatif du
social.

L'étude fait ainsi ressortir le rôle de l'enseignement du droit : certes, celui-ci ne permet nullement
de saisir avec certitude une hypothétique vérité du droit ; mais il contribue à donner une forme, une
apparence à un ensemble de phénomènes considérés comme juridiques, et de ce fait à construire les
représentations que les juristes se font du droit.
Après avoir abordé les conditions d'implantation du droit public à Paris sous la troisième République, l'auteur de cette thèse décrit les étapes de l'inscription de ce dernier dans les formes de l'enseignement juridique. ©Electre 2021
Format : Broché
Poids : 1322 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-247-15158-5
EAN : 9782247151585