Ensemble
facebook twitter

Ensemble

pour une éthique de la coopération

de

chez Albin Michel

Paru le | Broché 378 pages

Tout public

Grand format Livre broché

traduit de l'anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat


Chronique Page des libraires, rédigée par Guillaume Le Douarin Librairie L’Écume des pages (Paris 6e)

Ensemble – pour une éthique de la coopération : ce titre peut de prime abord être entendu comme une provocation au regard des évolutions sociétales récentes. Richard Sennett nous rappelle avec force que nous avons naturellement besoin de coopérer. Nous coopérons pour accomplir ce que nous ne pouvons faire seuls. Cette affirmation est parfaitement illustrée par la photo de Frances Johnston, « Construction d’un escalier ». En effet, chacun à sa place et selon ses compétences concourt à une réalisation qui le dépasse individuellement. Le sociologue attire d’abord notre attention sur l’aspect historique et social de la coopération. Cette présentation passionnante et documentée nous replonge à l’époque de l’exposition universelle de 1900 et de son « musée social ». Pour Richard Sennett, le capitalisme naissant a modifié durablement la coopération humaine. Seul l’atelier, et ce depuis l’Antiquité, reste le modèle de coopération durable. Aussi, le défi est-il d’équilibrer au maximum la compétition et la coopération mutuelle, grâce notamment à l’expérience et au rituel. Le but à atteindre étant le principe de la coopération dialogique : cette forme implique une ouverture qui recourt à l’empathie plutôt qu’à la sympathie. Par la suite, il fait cependant l’amer constat que la coopération s’est considérablement affaiblie au fil du temps, car l’inégalité s’est développée. Il fait référence au sociologue Jeffrey Goldfarb. Celui-ci constate que nous assistons aujourd’hui à l’émergence d’une « société cynique », où les citoyens sont peu disposés à coopérer. Malgré tout, la conclusion de l’auteur reste ouverte et positive puisqu’il se réfère à la sagesse de Montaigne. Un manque de compréhension mutuelle ne devrait pas nous empêcher de nous engager avec d’autres. Un livre très instructif qui permet de développer une réflexion sur une thématique d’avenir.

Inscrit dans les gènes de tous les animaux sociaux, le soutien mutuel est reconnaissable aussi bien chez les chimpanzés qui s'épouillent les uns les autres que chez les enfants qui construisent un château de sable ou chez les hommes et les femmes qui amassent des sacs de terre pour parer à une inondation soudaine : tous coopèrent pour accomplir ce qu'ils ne peuvent faire seuls.

Cette tendance naturelle, innée, est pourtant moins un trait génétique qu'un art, une capacité sociale, qui requiert un rituel pour se développer. Dans un monde structuré par la concurrence, où la compétition prime toujours sur l'entente, savons-nous encore ce que c'est qu'être ensemble, par-delà le repli tribal du « nous-contre eux » ?

Dans ce deuxième volet de la trilogie qu'il consacre à l'Homo faber, Richard Sennett se fait tour à tour historien, sociologue, philosophe ou anthropologue pour étudier cet atout social particulier qu'est la coopération dans le travail pratique. De la coordination des tâches dans l'atelier de l'imprimeur aux répétitions d'un orchestre, il nous fait découvrir de nombreuses expériences de communauté et d'action collective qui permettent de proposer une vision critique des sociétés capitalistes contemporaines. La richesse des références, l'originalité des points de vue, la liberté du style et la volonté de rester toujours au niveau de l'expérience quotidienne font la force de ce livre singulier et engagé. Et si, pour sortir de la crise, il suffisait de réapprendre à coopérer ?
Une réflexion engagée sur les pratiques de coopération, en montrant comment les actions collectives peuvent offrir une vision critique de la société contemporaine. ©Electre 2020
Format : Broché
Nb de pages : 378 pages
Poids : 516 g
Dimensions : 15cm X 23cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-226-25370-5
EAN : 9782226253705

Du même auteur : Richard Sennett