Féminiser ? vraiment pas sorcier ! : la féminisation des noms de métiers, fonctions, grades et titres
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 207 pages
Poids : 288 g
Dimensions : 15cm X 23cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-8011-0014-1
EAN : 9782801100141

Féminiser ? vraiment pas sorcier !

la féminisation des noms de métiers, fonctions, grades et titres

de ,

chez Duculot

Collection(s) : Entre guillemets

Paru le | Broché 207 pages

Professionnels

23.50 Disponible - Expédié sous 7 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

La féminisation, au même titre que les rectifications orthographiques, fait partie de ces «nouveaux» aspects de la langue sur lesquels bien des usagers continuent de s'interroger.

Faut-il dire enquêteuse ou enquêtrice ? Précurseure ou précurseuse ? Quel est le féminin de bourreau ? Le Madame ou Mademoiselle ? est-il encore de mise ou le simple fait de machos qui veulent savoir si «la voie est libre» ?

Les débats en la matière sont loin d'être récents, mais le sujet est toujours aussi brulant et laisse rarement indifférent puisqu'il déborde le cadre strictement linguistique. Chacun y va de son avis : entre ceux qui encouragent et ceux qui freinent, entre les décrets officiels et l'usage fluctuant, il n'est pas toujours aisé de s'y retrouver.

Cet ouvrage rappelle le contexte et l'origine de la démarche de féminisation dans les différents pays de la francophonie et offre une réponse concrète et immédiate à la question «Comment féminiser ?» : règles et cas particuliers sont clairement explicités et complétés par des exercices et des pistes de réflexion.

Il donne également la part belle aux avis et usages des utilisateurs, qu'ils soient inconnus (prises de position sur des blogs) ou renommés, comme Isabelle Alonso ou Amélie Nothomb.

Biographie

Anne Dister est chargée de cours en linguistique aux Facultés universitaires Saint-Louis et membre du Conseil de la langue française et de la politique linguistique.

Marie-Louise Moreau a longtemps enseigné la linguistique et la sociolinguistique à l'Université de Mons-Hainaut. Elle préside la commission «Féminisation» du Conseil de la langue française et de la politique linguistique.