Fredo Dall'Oglio (Borgo Valsugana 6 juillet 1921-Wülheide 31 octobre 1944) : jociste, martyr européen, l'un des cinquante
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 123 pages
Poids : 401 g
Dimensions : 14cm X 22cm
Date de parution :
EAN : 9782903242725

Fredo Dall'Oglio (Borgo Valsugana 6 juillet 1921-Wülheide 31 octobre 1944)

jociste, martyr européen, l'un des cinquante

de

chez Socéval

Collection(s) : Témoigner

Paru le | Broché 123 pages

Tout public

15.00 Indisponible

traduit par en italien par Maria-Grazia Debortoli


Quatrième de couverture

Le soixantième anniversaire de la libération des camps rappelle la perversité du nazisme : l'anéantissement du peuple juif visait à nier l'empreinte divine qui fait la dignité de tout homme.

Né à Borgo Valsugana en Italie, en 1921, Fredo Dall'Oglio émigra en France avec sa famille en 1927 ; vivant son adolescence à Romainville (dans l'actuel «93»), il fut jociste. Déporté du STO, mais toujours militant, il tomba sous le coup du décret nazi de persécution, édicté le 3 décembre 1943 contre l'apostolat catholique au sein des travailleurs civils français dans le Reich. En mourant près de Berlin, le 31 octobre 1944, il offrit sa vie pour tous ceux qu'il avait rencontrés et dont il se sentait chargé devant Dieu. Il est compté parmi «les Cinquante» martyrs.

En un temps où la construction de l'Europe passe enfin des mains des dirigeants à celles des peuples, le destin du jociste, italien immigré en France et mort à 23 ans pour sa foi, devient éclairant. Résistant authentique - mais exclusivement spirituel -, dévoué à ceux qui partagent son sort... il est le martyr européen par excellence qui peut apprendre aux jeunes - de la JOC et des banlieues européennes, mais aussi des JMJ et des universités - qu'il n'y a jamais qu'une alternative pour l'homme dans la société : la collaboration ou la résistance.

Biographie

Pour Mgr Charles Molette, spécialiste de l'histoire religieuse contemporaine, la Seconde Guerre mondiale n'était pas «une guerre comme dans l'ancien temps», mais une guerre contre l'humanité de l'homme lui-même. Il est «postulateur général» de la cause de béatification des «Cinquante» martyrs de la foi morts dans les camps nazis par suite d'un explicite décret de persécution.