Hattîn 1187 : la chute du premier royaume latin de Jérusalem
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 50 pages
Poids : 225 g
Dimensions : 20cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-35250-120-6
EAN : 9782352501206

Hattîn 1187

la chute du premier royaume latin de Jérusalem

de

chez Histoire et collections

Collection(s) : Des batailles et des hommes

Paru le | Broché 50 pages

Tout public

16.50 Disponible - Expédié sous 7 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

cartographie Yann Kervran et Antoine Collet | dessins de Pierre Joux


Quatrième de couverture

Hattîn, 1187

La chute du premier royaume Latin de Jérusalem

L'histoire des établissements Latins est généralement présentée comme ayant connu deux périodes, séparées par la perte de Jérusalem au profit de Saladin suite à la bataille de Hattîn. C'est dû à la dislocation de toutes les structures étatiques du royaume de Jérusalem, à la fois par sa destruction physique par les armées de Saladin, mais aussi par les affrontements entre les survivants et les renforts arrivés après, ce revers. Mais ce premier épisode n'est pas, lui non plus, d'un seul tenant.

Après les conquêtes, laborieuses et étalées dans le temps, de la première moitié du XIIe siècle, le pouvoir latin a eu du mal à résister au rassemblement progressif de la puissance musulmane qui s'opposait à lui. La défaite de Hattîn pour la couronne chrétienne ne fut que l'aboutissement logique d'un échec sur le long terme des stratégies de développement franques. Saladin eut le génie de saisir toutes les opportunités qui s'offraient à lui pour s'emparer des territoires, mais c'était aussi le résultat d'un lent processus.

Les querelles internes et les luttes d'influence incessantes qui secouaient le royaume pouvaient être endiguées quand le pouvoir royal était fort ou l'adversaire divisé. Mais lorsque ces deux conditions n'étaient plus réunies, ce qui s'opéra peu à peu à partir de la disparition du comté d'Édesse et la mort du roi Amaury, les Latins n'avaient plus les capacités de se développer, voire de se maintenir, dans les régions moyen-orientales.

Du même auteur : Yann Kervran