Hymnes pascales
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 334 pages
Poids : 360 g
Dimensions : 13cm X 20cm
Date de parution :
EAN : 9782204081559

Hymnes pascales

de

chez Cerf

Collection(s) : Sources chrétiennes

Paru le | Broché 334 pages

Professionnels

17.50 Momentanément indisponible - Délai fournisseur superieur à 30 jours

préface , trad. du syriaque et notes François Cassingena-Trévedy


Quatrième de couverture

Hymnes Pascales

Au milieu du IVe siècle, dans les communautés de Mésopotamie, la réforme liturgique mise en vigueur par le Concile de Nicée pour la célébration de la Pâque annuelle n'a pas fait disparaître tout à fait certains caractères natifs ni certains accents propres à la célébration judéo-chrétienne ; celle-ci focalisait sa mémoire davantage sur la Passion du Seigneur et sa Descente au Shéol que sur sa Résurrection. Bien que largement postérieures à l'Homélie sur la Pâque de Méliton de Sardes (SC 123), c'est de cette Pâque quartodécimane primitive que, dans leur étonnant archaïsme, les Hymnes pascales d'Éphrem (306-373) nous font apercevoir les traits, et là ne réside pas le moindre de leur intérêt. À bien des égards, leur témoignage gagne à être confronté à celui du douzième Exposé (sur la Pâque) d'Aphraate (SC 359).

Si « l'anti-judaïsme » atteint ici un rare degré de virulence, il ne saurait occulter ni la rémanence de traditions rabbiniques, ni l'allure midrachisante de certaines concaténations scripturaires, ni la richesse du symbolisme, ni la vivacité de la dramaturgie, ni surtout la fraîcheur et la virtuosité poétiques avec laquelle est constamment évoqué Nisan (avril), le mois pascal et printanier, véritable protagoniste de ce recueil. Éphrem ne développe dans ce cycle ni sotériologie d'orientation paulinienne, ni, curieusement, théologie baptismale, mais appuie constamment son verbe sur la grande saga de l'Exode, et, solidaire d'un siècle soucieux d'illustrer une théologie de la « victoire », donne à l'événement pascal toute son orchestration cosmique.

Biographie

Le Frère François Cassingena-Trévedy, ancien élève de l'École Normale Supérieure, est moine de l'abbaye Saint-Martin de Ligugé. Il enseigne à l'Institut Supérieur de Liturgie (Paris). En collaboration avec François Graffin ((...) 2002), il a déjà publié dans « Sources Chrétiennes » les Hymnes sur la Nativité d'ÉPHREM (SC 459).