Il faut dire que les temps ont changé... : chronique (fiévreuse) d'une mutation qui inquiète Feuilleter
Lire les informations techniques

Il faut dire que les temps ont changé... : chronique (fiévreuse) d'une mutation qui inquiète

De Daniel Cohen chez Albin Michel

Collection : Documents
Broché 233 pages
Paru le 29/08/2018
19,00
Disponible - Expédié sous 5 jours ouvrés

« Il faut dire que les temps ont change... »

Chronique (fiévreuse) d'une mutation qui inquiète

Nous sommes en train de comprendre ce qui s'est passé depuis cinquante ans.

L'hystérie du monde du travail, la grande protestation des peuples, l'enfermement des nouvelles générations dans une espèce de présent perpétuel sont les conséquences de l'effondrement d'une civilisation : celle de la société industrielle.

L'une après l'autre, les utopies de gauche et de droite se sont fracassées sur une réalité qu'il est désormais possible de désigner par son nom : la société digitale. Elle nous transforme en une série d'informations qu'un logiciel peut traiter à partir de n'importe quel point du globe.

Une immense frayeur traverse la société. Le travail à la chaîne d'hier a-t-il laissé la place à la dictature des algorithmes ? Les réseaux sociaux sont-ils le moyen d'un nouveau formatage des esprits ? Par un formidable retour en arrière, les questions de l'ancien monde sont en train de resurgir au coeur du nouveau. Les temps changent, mais vont-ils dans la bonne direction ?

Ce livre iconoclaste décrypte d'une façon lumineuse des événements dont le sens nous échappe parfois, tout en nous permettant de comprendre le désarroi dont le populisme est l'expression.

Biographie

Daniel Cohen, directeur du département d'économie de l'École normale supérieure et membre fondateur de l'École d'économie de Paris, a publié de nombreux livres à succès dont, entre autres, La Prospérité du vice et Homo economicus, prophète (égaré) des temps nouveaux. Il a également reçu le prix du Livre d'économie en 2000 et 2012.

Il faut dire que les temps ont changé... de Daniel Cohen chez Albin Michel