Joska Atyin n'aura personne pour le lui rendre
facebook google+ twitter

Joska Atyin n'aura personne pour le lui rendre

de

chez Fayard

Paru le

Grand format Livre broché
23.40 Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit du hongrois par Patricia Moncorgé


Mme Florence Lorrain (Librairie Atout-Livre)

On trouve peu de livres sur les Tsiganes en France, il en existe encore moins qui soient écrits par les Tsiganes eux-mêmes. Béla Osztojkan, décédé l’année dernière, était considéré comme une figure majeure de l’élite culturelle et politique rom, lit-on sur la quatrième de couverture (excellente, ce qui est rare !). Né en 1948 dans le Nord-Ouest de la Hongrie près de la frontière roumaine, il a situé tous ses récits dans cette région où vivent actuellement de nombreux Tsiganes.

Publié en 1997 en Hongrie, ce roman au titre énigmatique et pour le moins original, fait figure d’événement : culturel, puisque ce livre nous permet de découvrir ce peuple de l’intérieur ; et littéraire, car il s’agit là d’un roman structuré de façon très déroutante, bien au-delà d’un effet de style voulu, qui en rend la lecture tonique et fascinante. Réel et légendaire étroitement mêlés vont nourrir une histoire inspirée de faits qui ont touché la communauté tsigane près de la frontière roumaine dans les années cinquante : une histoire qui n’est pas contée de façon linéaire, mais en fonction de la façon dont les Tsiganes eux-mêmes l’ont vécue. Parmi ces faits réels, on pourra citer le mystérieux empoisonnement d’un étang artificiel créé par les Tsiganes et collectivisé de force par les autorités et la tentative d’assimilation forcée par les communistes.

Le roman débute avec celle qui sera le personnage principal, même après sa mort  : Eszti Harango, une centenaire un peu sorcière, vendeuse de sangsues, vivant avec un orphelin, un gamin d’une dizaine d’années, Mojna, et qui s’évertue à annoncer l’imminence de la fin des temps... Un personnage profondément attachant et inoubliable grâce à une scène hallucinante où elle explique au prêtre du village, tout en virevoltant autour de lui, pourquoi Dieu n’a pas créé le monde en sept mais en huit jours... Ce mot "attachant" s’applique également aux nombreux autres personnages qui gravitent autour d’Eszti, lesquels s’appliquent tout comme elle à colporter légendes sur légendes, toutes tissées à partir de leur vision d’une réalité qu’ils ne comprennent pas.

Ce livre, somme toute inracontable, est une merveille, et offre un immense plaisir de lecture : lecture que l’on cesse par moments, tout simplement, pour se délecter de la relecture immédiate de tel ou tel passage. Et ensuite, comblé par une littérature si majestueuse, le lecteur reprend le cours du récit avec un bonheur plus extasiant encore. On ne répètera jamais assez que ce tout petit pays qu’est la Hongrie est l’un des plus riches, originaux et inventifs en matière de littérature. Ce livre est là pour le confirmer. Tout comme le recueil de nouvelles publié en même temps que le roman, avec un titre superbe : Le Bon Dieu n’est pas chez lui. On saluera enfin le remarquable travail de la traductrice, Patricia Moncorgé, sans qui on n’aurait pu découvrir ce brillant écrivain.

Poids : 662 g
Date de parution :
EAN : 9782213632315