Justice et esclavages

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 342 pages
Poids : 603 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-11-157297-3
EAN : 9782111572973

Justice et esclavages

chez La Documentation française

Collection(s) : Collection Histoire de la justice

Paru le | Broché 342 pages

Public motivé

publié par l'Association française pour l'histoire de la justice | avant-propos de Denis Salas | introduction Claude Gauvard


Quatrième de couverture

« Nul n'est esclave en France !» est une maxime traditionnellement associée à un édit royal de 1315. Mais deux siècles durant, du milieu du XVIIe siècle à celui du XIXe siècle, des millions de femmes et d'hommes, capturés puis transportés dans des conditions inhumaines, sont venus abonder la main d'oeuvre servile des colonies, du seul fait de leur couleur de peau. L'abolition sur tous les territoires français en 1848 fut suivie d'une période d'enfouissement d'un passé que l'on souhaitait oublier. Mais les stigmates de cette histoire de l'esclavage restent vivaces. Dans un processus mémoriel nécessaire, dont la loi dite « Taubira » de 2001 constitue en France un moment essentiel, les débats sur le déboulonnage de statues, les polémiques mémorielles identitaires, les demandes de réparation témoignent de la complexité de cette entreprise.

Cet ouvrage retisse les mailles de l'histoire, par un effort d'exhumation de ce que fut la réalité de l'esclavage colonial et d'explication du long chemin - notamment les combats judiciaires, dont l'emblématique « affaire de l'esclave Furcy » - ayant abouti à son abolition en France. Le débat juridique et judiciaire sur l'histoire de l'esclavage y est remis en perspective par des historiens et juristes rencontrés en Guyane, en Martinique, en Guadeloupe, à la Réunion, à Versailles, Lille et La Rochelle.

Avec une ouverture internationale, ces débats se prolongent sur les politiques mémorielles et la question des réparations, consubstantielles à la poursuite d'un récit national commun, plus que jamais essentiel pour faire face au fléau contemporain d'un esclavage qualifié improprement de « moderne », dont sont victimes plus de 130 (MX) personnes en France et 40 millions dans le monde.