L'appât
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 409 pages
Poids : 526 g
Dimensions : 15cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7427-9939-8
EAN : 9782742799398

L'appât

de

chez Actes Sud

Collection(s) : Lettres hispaniques

Paru le | Broché 409 pages

23.40 Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit de l'espagnol par Marianne Millon


Les libraires en parlent

Chronique Page des libraires, rédigée par BANON STÉPHANIE, Librairie CHARLEMAGNE, La Seyne-sur-Mer

L’imagination débridée de José Carlos Somoza ne cesse de nous dérouter et de nous étonner à chaque nouveau roman. Il change d’univers comme de chemise, et c’est réussi à chaque fois. Dans Clara et la pénombre, il explore et récrée le monde de l’art à travers les œuvres de Rembrandt, avec Daphné disparue, il nous offre un thriller littéraire, et dans La Théorie des cordes, il revisite les lois de la physique – et encore ceci n’est-il qu’un échantillon ! Dans L’Appât, l’auteur s’attaque à son auteur favori… et ce n’est pas chose facile lorsqu’il s’agit de rien moins que sir William Shakespeare ! Il est vrai que le théâtre shakespearien, véritable exploration de l’âme humaine, reste toujours insondable, alors que beaucoup ont travaillé à décrypter ses codes et ses messages cachés. Ici, Somoza prend l’initiative de rendre hommage à l’homme de théâtre, hommage qui prend la forme d’une intrigue policière. L’action se déroule à Madrid dans une unité de police très spéciale, dont Diana Blanco est l’un des meilleurs éléments. Son travail consiste à être « appât », c’est-à-dire attirer le criminel dans un piège au moyen de méthodes peu conventionnelles. Mais, me direz-vous, quel rapport avec Shakespeare ? Eh bien c’est ici que José Carlos Somoza nous surprend. Le travail de cette équipe ultramoderne base son entraînement sur les codes théâtraux élisabéthains, en particulier les désirs de l’homme, ses travers et sa psyché. C’est donc dans un théâtre que les agents sont formés à utiliser au mieux les techniques de « masque », le but étant de réveiller les désirs de l’adversaire pour le rendre vulnérable. Diana était sur le point de tout arrêter, lorsqu’elle apprend que sa petite sœur, qui suit la même voie professionnelle qu’elle, est aux prises avec l’un des plus redoutables tueurs en série auquel Madrid aie jamais été confrontée. On le surnomme le « Spectateur ». Elle va donc tout mettre en œuvre pour l’attirer au moyen de ses talents d’appât.

Quatrième de couverture

Lever de rideau. Ici une bretelle noire glisse sur une peau diaphane, là des yeux mi-clos quémandent un improbable pardon : parure et posture. Elles charment et abusent les sens, elles disent qui est le maître. Si le grand ordonnateur de ce manichéisme visuel s'appelle Shakespeare, nous ne sommes pas sur les planches du théâtre du Globe mais dans le centre de formation ultramoderne de la police madrilène. Des instructeurs y décryptent les codes élisabéthains, qui placent la satisfaction du désir à l'épicentre de notre psyché. Les agents sont formés à la technique des "masques" : identifier en quelques secondes la nature du désir le plus profond du suspect pour provoquer en lui une overdose du seul plaisir auquel il ne peut résister. On les appelle les "appâts", Diana Blanco est leur meilleur élément.

Quand elle découvre que sa jeune soeur est aux prises avec l'insaisissable Spectateur qui terrifie la ville, elle mène une course contre la montre qui la conduit jusqu'à l'antre du monstre. C'est du moins ce qu'elle croit.

Subversif ? Troublant ? Inventif ? Ingénieux ? C'est Comme il vous plaira. Mais si "Le monde entier est un théâtre", José Carlos Somoza signe ici une magistrale mise en scène.

Biographie

Né en 1959, José Carlos Somoza vit à Madrid. Ses ouvrages, parus chez Actes Sud - La Caverne des idées (2002 ; Babel n° 604), Clara et la pénombre (2003 ; Babel n° 669), La Dame n° 13 (2005 ; Babel n° 793), La Théorie des cordes (2007 ; Babel n° 911), Daphné disparue (2008) et La Clé de l'abîme (2009 ; Babel n° 1080) -, sont traduits dans le monde entier.

Du même auteur : José Carlos Somoza