L'art brut
facebook twitter

Fiche technique

Format : Coffret
Nb de pages : 572 pages
Poids : 4162 g
Dimensions : 26cm X 33cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-85088-762-8
EAN : 9782850887628

L'art brut

chez Citadelles & Mazenod

Paru le | Coffret 572 pages

Tout public

Coffret
210.00 Disponible - Expédié sous 48h ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

préface de Michel Thévoz | avec Maria A. Azzola, Emilie Champenois, Déborah Couette et al.


Quatrième de couverture

Nous entendons par là des ouvrages exécutés par des personnes indemnes de culture artistique, dans lesquels donc le mimétisme, contrairement à ce qui se passe chez les intellectuels, ait peu ou pas de part, de sorte que leurs auteurs y tirent tout [...] de leur propre fond et non pas des poncifs de l'art classique ou de l'art à la mode. Nous y assistons à l'opération artistique toute pure, brute, réinventée dans l'entier de toutes ses phases par son auteur, à partir seulement de ses propres impulsions. De l'art donc où se manifeste la seule fonction de l'invention, et non celles, constantes dans l'art culturel, du caméléon et du singe.
Jean Dubuffet, 1949.

L'art brut n'est donc pas « l'art des fous ». À côté des créations associées aux asiles psychiatriques - étudiées dès les années 1920 par le docteur Hans Prinzhorn - et de l'art médiumnique, se rangent celles de « l'homme du commun » selon Dubuffet - celui qui est en dehors des circuits artistiques.

Hier confidentiel, aujourd'hui consacré, institutionnalisé et médiatisé, l'art brut a une histoire et la réalité qu'il recouvre échappe à son inventeur et théoricien. D'autres appellations ont vu peu à peu le jour, correspondant à la démarche de nouveaux amateurs et à leur souci de baliser le territoire (hors normes, singulier, outsider, habitant-paysagiste...). Outre l'ouverture à de nouveaux champs de prospection, l'interaction avec l'art contemporain, dans une perspective de décloisonnement et d'élargissement, est une mise à l'épreuve de la notion d'art brut.

Les réalisations de l'« art brut », sont davantage des énigmes que des productions qui se laisseraient facilement appréhender par notre rationalisme. Aloïse, Wölfli, Darger, Walla, Zinelli, Traylor, Sawada... nous fascinent, nous touchent, nous éprouvent sans que nous puissions établir un rapport formel entre eux. L'enjeu est ailleurs. C'est dans le grand créateur d'art brut, le hors norme, le marginal, que nous voyons l'homme accompli et victorieux. Cet « Autre » de la culture ne réalise t-il pas les possibilités les plus hautes de l'homme, l'héroïque construction de soi, son humanisation, finalement la fin véritable qu'est la culture ?

De l'art asilaire à l'outsider art, le corpus foisonnant des quelque 550 oeuvres ici réunies nous semble à la fois étrange, inquiétant et familier. Métaphores du voyage-aventure au tréfonds de notre sensibilité, ces créations donnent à saisir la mesure de l'être humain. Sans elles notre imaginaire collectif s'appauvrirait.

Biographie

Avec Maria A. Azzola, historienne de l'art. Elle est l'auteure de divers articles sur Carlo Zinelli et sur l'art brut. Commissaire en 2003 de l'exposition collective de la collection « La Tinaia », atelier d'activité expressives de l'ex-hôpital San Salvi à Florence.

Émilie Champenois, psychologue clinicienne et psychanalyste. Elle est l'auteure de L'Art brut (Que-sais-je ?, 2017) et a écrit de nombreux articles cliniques sur le sujet. Elle donne par ailleurs des cycles de conférences, notamment dans les universités et les institutions muséales.

Déborah Couette, commissaire d'exposition indépendante et documentaliste à la Fondation Dubuffet. Ses travaux portent sur la patrimonialisation de l'art brut en France. Auteure d'ouvrages, elle a assuré l'édition scientifique de la correspondance Jean Dubuffet-Alain Bourbonnais (2016).

Laurent Danchin ((...) 2017) enseignant, écrivain, critique d'art spécialiste de l'art brut et singulier, commissaire d'une série d'expositions à la Halle Saint-Pierre, dont Art Brut et Cie. Il a écrit de nombreux ouvrages, entre autres : Jean Dubuffet, peintre-philosophe (1988), Art Brut, l'instinct créateur (2006), Aux Frontières de l'art brut (2013).

Marc Décimo, professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université Paris-Nanterre, spécialiste d'art des fous et d'art brut, des fous littéraires, de dada et de Marcel Duchamp, d'histoire et d'épistémologie de la linguistique. Il est l'auteur d'une vingtaine de livres parus aux éditions Les presses du réel.

Gustavo Giacosa, commissaire indépendant et metteur en scène. Membre de la compagnie théâtrale de Pippo Delbono (1991-2010), créateur d'un collectif multidisciplinaire d'artistes, l'association culturelle ContemporArt. Il a organisé en Europe plusieurs expositions sur le rapport entre l'art et la folie.

Marcel Katuchevski est poète et critique avant de s'intéresser à l'art brut et de délaisser l'écriture pour se consacrer entièrement au dessin. Il illustre entre autres des recueils de poèmes (Werner Lambersy, Yaël Cange, Paul de Brancion). Depuis 1986, il expose dans de nombreux lieux et son travail est salué comme porteur d'un renouveau du dessin.

Jean-Pierre Klein, psychiatre, auteur dramatique, directeur de publication de la revue Art et Thérapie, directeur de l'INECAT, établissement de formation d'art-thérapie. Il est l'auteur notamment de deux Que sais-je ? : L'Art-thérapie (1993, 10e éd. 2017) et Théâtre et dramathérapie (2015), ainsi que d'Initiation à l'art-thérapie (Marabout, 2014).

John Maizels, créateur en 1989 de Raw Vision, magazine d'information sur l'art brut et l'art outsider. Il est l'auteur de Raw Creation, Fantasy Worlds, Outsider Art Sourcebook (2016) et de nombreuses contributions, notamment dans Vernacular Visionaries : International Outsider Art (2003) et Raw Erotica : Sex, Lust and Desire in Outsider Art (2011).

Claire Margat, docteur en philosophie esthétique, critique d'art notamment pour Art Press. Elle a participé à de nombreuses publications pour La Revue française d'esthétique et rédigé plusieurs contributions dans des catalogues d'art brut.

Randall Morris, chercheur et commissaire d'exposition indépendant, spécialisé notamment sur le l'art brut afro-américain (Joseph Yoakum, Jon Serl, M'onma, Bill Traylor, J.B. Murray) et les créateurs d'art brut extra-occidentaux.

Lucienne Peiry, directrice de la Collection de l'Art Brut, à Lausanne (2001-2011), puis directrice de la recherche et des relations internationales pendant trois ans. Elle a organisé plus de 30 expositions internationales sur le sujet. Elle est notamment l'auteure de L'Art Brut (1997, rééd. 2016). Aujourd'hui, elle est commissaire, auteure et conférencière.

Thomas Röske, directeur de la collection Prinzhorn de la clinique psychiatrique universitaire de Heidelberg depuis 2002. Il enseigne l'histoire de l'art dans les universités de Heidelberg et de Francfort. Il est l'auteur de nombreuses parutions sur l'art, la folie et l'art brut.