L'empirisme logique à la limite : Schlick, le langage et l'expérience
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 178 pages
Poids : 150 g
Dimensions : 17cm X 24cm
Date de parution :
EAN : 9782271064288

L'empirisme logique à la limite

Schlick, le langage et l'expérience

chez CNRS Editions

Collection(s) : CNRS-philosophie

Paru le | Broché 178 pages

Public motivé

25.00 Disponible - Expédié sous 5 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

CNRS philosophie

Selon le structuralisme logique, le langage décrit la forme de notre expérience, mais le contenu de celle-ci reste inexprimable. Dans Forme et contenu (1932), Moritz Schlick, fondateur et figure centrale du cercle de Vienne, a défendu une version extrême de cette idée : niant que les intuitions entrent dans la connaissance, il ne rejette pas seulement le kantisme, mais met en péril les bases de son propre empirisme. Ce texte radical offre en outre un point de vue à partir duquel certains des débats fondamentaux de la philosophie du langage et de l'esprit du xxe siècle peuvent être reconsidérés d'un oeil neuf.

Nous avons ainsi voulu explorer les différents aspects du problème de l'articulation du langage et de l'expérience tel qu'il est posé par Schlick, afin de préciser l'éventail des solutions disponibles.

Le présent livre, issu d'un colloque organisé en mars 2004 au Collège de France, est le premier ouvrage consacré à Schlick dans notre langue. Il examine les rapports entre la pensée de Schlick et la tradition kantienne (Kant, le néo-kantisme et le « kantisme analytique » de Sellars) ; puis, il la confronte à l'empirisme classique et à une autre variante de l'empirisme logique (Carnap) ; enfin, il s'interroge sur la thèse de l'inexprimabilité du contenu, au travers notamment d'une confrontation avec les idées de Wittgenstein (avec qui Schlick a longtemps entretenu un dialogue privilégié).

Biographie

Jacques Bouveresse est professeur au Collège de France (chaire de philosophie du langage et de la connaissance). Il a récemment publié : Langage, perception et réalité : 1 La perception et le jugement - 2. Physique, phénoménologie et grammaire (Jacqueline Chambon, 1995 & 2004) ; Wittgenstein et les sortilèges du langage (Agone, 2003) ; Descartes, Leibniz, Kant (Agone, 2006).

Delphine Chapuis-Schmitz est ATER au Collège de France et prépare une thèse sur « Le problème de la signification empirique dans le cercle de Vienne ». Elle a notamment traduit Moritz Schlick, Forme et contenu (Agone, 2003).

Jean-Jacques Rosat est maître de conférences au Collège de France. Il a notamment codirigé (avec J. Bouveresse) Philosophies de la perception (Odile Jacob, 2003) et (avec J. Bouveresse et S. Laugier) Wittgenstein, dernières pensées (Agone, 2002).