L'étoile jaune et le croissant

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 171 pages
Poids : 226 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-07-013891-3
EAN : 9782070138913

L'étoile jaune et le croissant

de

chez Gallimard

Paru le | Broché 171 pages

Tout public

17.50 Disponible - Expédié sous 10 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Les libraires en parlent

Chronique Page des libraires, rédigée par Noémie Vérot Librairie Rive gauche (Lyon)

Mohammed Aïssaoui est un écrivain et un journaliste français. Dans L’Étoile jaune et le croissant, il se demande pourquoi il n’y a pas un seul Arabe sur la liste des 23 000 justes reconnus par la Commission des justes. Il y a seulement une soixantaine de musulmans, et presque tous sont d’origine albanaise. Ce n’est pas possible, dit-il, il existe forcément des Arabes qui, pendant la guerre, ont fait fi de la religion et ont sauvé des juifs parce qu’ils étaient des hommes. Tout simplement. Ce livre en est la preuve. Mohammed V, par exemple. La communauté juive marocaine n’a pas été inquiétée grâce au rôle protecteur qu’a joué le monarque. Alors sous protectorat français, le sultan a refusé que les « sujets israélites » du Maroc portent l’étoile jaune, comme voulait lui imposer le régime de Vichy. C’est aussi en fouillant quantité d’archives – trésor inestimable d’un pays libre – et en les mettant en lumière que, peut-être un jour, juifs et musulmans vivront en paix…

Quatrième de couverture

L'étoile jaune et le croissant

Sur les 23 000 « Justes parmi les nations », il n'y a pas un seul Arabe et pas un musulman de France ou du Maghreb. C'est étonnant quand on connaît les liens séculaires qui ont uni les communautés juive et musulmane. Alors, j'ai décidé de chercher. Pendant deux ans et demi, j'ai défriché des documents, suivi toutes les pistes possibles, tenté de recueillir des témoignages. On m'a souvent répété : « Mais les témoins sont morts aujourd'hui. » J'ai exhumé des archives, écouté des souvenirs, même imprécis, et retrouvé de vraies histoires : comme celle de cette infirmière juive ou celle du père de Philippe Bouvard qui ont échappé à la déportation grâce au fondateur de la Grande Mosquée de Paris, Kaddour Benghabrit. Cet homme a sauvé d'autres vies.

Des anonymes ont également joué un rôle en fournissant aux Juifs de faux certificats attestant qu'ils étaient de confession musulmane. La mère de Serge Klarsfeld en a bénéficié : « J'ai eu une mère algérienne et musulmane pendant quelques mois. Elle s'est appelée Mme Kader », m'a-t-il raconté. Et l'action du roi Mohammed V au Maroc durant l'Occupation ne lui vaudrait-elle pas le titre de Juste ?

« Celui qui écoute le témoin devient témoin à son tour. » J'avais toujours à l'esprit cette phrase d'Elie Wiesel. Je l'ai écrite plusieurs fois, et suis parti en quête de témoins pour ne pas rompre le fil ténu de la mémoire.

Biographie

Journaliste au Figaro littéraire, Mohammed Aïssaoui est l'auteur de L'affaire de l'esclave Furcy (prix Renaudot essai et prix RFO du livre).

Du même auteur : Mohammed Aïssaoui