L'évasion d'un guérillero
facebook twitter

L'évasion d'un guérillero

écrire la violence

de

chez Ici-bas

Collection(s) : Les réveilleurs de la nuit

Paru le | Broché 288 pages

Tout public

Grand format Livre broché
23.00 Disponible - Expédié sous 6 à 10 jours ouvrés - COVID oblige
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit par Simon Prime et Anna Touati | préface de Joseph Andras


(L'Atelier)

" Les coups sont constants, avec les points et les culasses des pistolets. Ils sont peut-être huit ou dix à te frapper. D’autres encore donnent des ordres, regardent ou attendent leur tour. Tu ne vois rien ni personne ".

Les éditions Ici-bas continuent de traduire les livres de John Gibler, L'évasion d'un guérillero fait suite à l'histoire orale des 43 étudiants d'Ayotzinapa disparus la nuit du 26 septembre 2014. 

Cette fois, John Gibler écrit une conversation avec Andrés Tzompaxtle Tecpile, un combattant indigène nahua enlevé, déténu et tortué par l'armée mexicaine en 1996 qui a réussi à survivre et s'évader pour retrouver la liberté. Comme le dit l'auteur, "Ce que Tzompaxtle souhaitait par-dessus tout après s’être enfui était qu’on l’écoute". Ce livre honore ce souhait, il partage la parole de Tzompaxtle et le récit de la violence qui s'est abattue sur lui. En ceci, c'est un témoignage remarquable, une lutte vibrante pour la dignité des peuples, un essai contre l'oubli.

"Au moins vingt-cinq mille deux cent soixante-seize personnes ont été victimes de disparition forcée entre décembre 2006 et juillet 2012. Ce nombre provient des statistiques officielles du bureau du PGR et de ceux de chaque État. C’est un nombre impossible. Il ne peut pas supporter le poids de la douleur qu’il charrie. Et c’est un nombre qui doit faire mal, son impossibilité et sa violence même doivent casser l’aisance avec laquelle nous pouvons encore le prononcer. La rage. Il doit réveiller la rage. "


Ce n'est pas qu'un témoignage, Gibler sait écouter. Comme le souligne Joseph Andras dans sa préface (qui est accessible en ligne ici),John Gibler ne se "cache pas derrière le petit doigt de "l'objectivité", la fameuse, elle qui si volontiers sert les plats des puissants en s'honorant des gants blancs". Il ne perd pas un instant l'attention, l'écoute, ne prend pas de surplomb pour remettre en perspective en se parant d'une belle allure, il écrit en écoutant, discute et n'ignore rien de l'enjeu qu'il y a à transmettre cette parole, à faire parler les subalternes sans que cela ne devienne une forme de contre-insurrection ou de déni (en écho aux discussions du texte de Ranajit Guha, la prose de la contre-insurrection).

"On lira livre" comme le dit encore Andras, "nous n'allions jamais accepter la soumission juste comme ça" explique Tzompaxtle. Sa parole survivante et singulière incarne une force inébranlable, et un appel à l'entendre, l'écouter, à prendre parti.

https://editionsicibas.fr/livres/levasion-dun-guerillero-ecrire-la-violence


Le parcours d'Andrés Tzompaxtle, un guérillero nahualt enlevé et torturé par l'armée mexicaine en 1996, jusqu'à son évasion suivie d'un difficile retour à la liberté. Articulant travail d'archive, reportage, témoignage et essai, le journaliste, fidèle à sa posture de réflexivité et d'horizontalité dans le rapport à l'enquêté, rend hommage à cette figure de la lutte pour la dignité des peuples. ©Electre 2021
Format : Broché
Nb de pages : 288 pages
Poids : 324 g
Dimensions : 14cm X 22cm
Date de parution :
EAN : 9791090507357

Du même auteur : John Gibler