L'homme coquillage
facebook google+ twitter

L'homme coquillage

de

chez Actes Sud

Collection(s) : Lettres turques

Paru le | Broché 194 pages

Grand format Livre broché
19.90 Expédié sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

traduit du turc par Julien Lapeyre de Cabanes


Chronique Page des libraires, rédigée par Anaïs Ballin Librairie Les Mots et les Choses (Boulogne-Billancourt)

Actes Sud, éditeur de l’auteure turque en France, publie ces jours-ci L’Homme coquillage, premier roman de l’écrivaine Asli Erdogan dont on parle beaucoup depuis quelques mois. Loin de l’opportunisme de la récupération d’une notoriété à la fois médiatique, politique et intellectuelle, on trouve un véritable sens à la lecture de cette œuvre où tout, tout ce qui nous transcende, nous tord, nous marque durablement, y est présent : la sensualité exacerbée, l’écriture hypersensible, le désespoir ambiant, la révolte, la colère. Il y a aussi la violence, latente, réelle, crue et qui habite les personnages, tout autant que l’auteure. Et puis la passion : qu’elle soit pour l’amour ou la liberté, par-dessus tout. Dans L’Homme coquillage, Asli Erdogan raconte l’histoire d’une femme, en même temps qu’elle raconte celle d’un monde teinté de cynisme et d’hyper-performance à outrance. Elle raconte l’histoire d’une société dont les humanités et les rouages sont aux antipodes les uns des autres. Elle raconte l’amour et l’amitié. De celles qui surgissent lorsque l’on ne les attend pas, qui nous sauvent de quelque chose, à un instant T. Avec ce lyrisme qui lui est si caractéristique, avec une certaine dose d’humour et cette capacité à doter ses personnages d’une propension infinie à l’autodérision, avec une lucidité à toute épreuve sur le monde, mais avant tout sur elle-même, sur ce qu’elle est et ce qui transparaît d’elle dans ses romans, la romancière nous entraîne inexorablement et nous pousse au passage dans des retranchements que l’on explore avec elle de page en page.

Une jeune chercheuse en physique nucléaire est invitée
dans le cadre d'un séminaire sur l'île de Sainte-Croix,
aux Caraïbes. Très rapidement cette jeune Turque choisit d'échapper à ce groupe étriqué rassemblé dans un
hôtel de luxe, afin d'explorer les alentours en errant sur
les plages encore sauvages et totalement désertes. Ainsi
va-t-elle croiser le chemin de l'Homme Coquillage, un
être au physique rugueux, presque effrayant, mais dont
les cicatrices l'attirent immédiatement.

Une histoire d'amour se dessine, émaillée d'impossibilités et dans l'ambiguïté d'une attirance pour un être
inscrit dans la nature et la violence.

Premier roman d'Asl(...) Erdo(...)an, ce livre est d'une profondeur remarquable. Déjà virtuose dans la description
de l'inconnu, qu'il soit géographique, social ou humain,
la romancière aujourd'hui reconnue met en place dès
ce tout premier ouvrage la force étrange de son personnage féminin toujours au bord de l'abîme, flirtant avec
la mort et la terreur, toisant la peur.

Au moment où ce livre sort de presse, Asl(...) Erdo(...)an vit entre l'Allemagne, la France et l'Italie.

Après des mois de prison, inculpée comme tant d'autres opposants au régime, elle est libérée sous la pression internationale ;
son procès, au cours duquel elle risque la perpétuité, est reporté
au printemps 2018. En janvier 2018, la romancière, dont les
livres sont publiés aux éditions Actes Sud depuis 2003, a reçu le
prix Simone-de-Beauvoir, à Paris, pour son oeuvre de résistance
en faveur de la liberté en Turquie.
Une jeune chercheuse en physique nucléaire étouffe dans l'atmosphère de son hôtel de luxe, parmi les physiciens regroupés pour un séminaire. En se promenant sur une plage sauvage des Caraïbes, elle rencontre Tony, l'homme coquillage, qui l'impressionne par ses multiples cicatrices. Premier roman. ©Electre 2019
Format : Broché
Nb de pages : 194 pages
Poids : 200 g
Dimensions : 12cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-330-09733-2
EAN : 9782330097332

Du même auteur : Asli Erdogan