L'intelligence artificielle ou L'enjeu du siècle
facebook twitter

L'intelligence artificielle ou L'enjeu du siècle

anatomie d'un antihumanisme radical

de

chez l'Echappée

Collection(s) : Pour en finir avec

Paru le | Broché 296 pages

Tout public

Grand format Livre broché
18.00 Disponible - Expédié sous 6 à 10 jours ouvrés - COVID oblige
Ajouter au panier Frais de livraison

C'est l'obsession de l'époque. Entreprises, politiques, chercheurs... ne jurent que par elle, car elle laisse entrevoir des perspectives économiques illimitées ainsi que l'émergence d'un monde partout sécurisé, optimisé et fluidifié. L'objet de cet enivrement, c'est l'intelligence artificielle.

Elle génère pléthore de discours qui occultent sa principale fonction : énoncer la vérité. Elle se dresse comme une puissance habilitée à expertiser le réel de façon plus fiable que nous-mêmes. L'intelligence artificielle est appelée, du haut de son autorité, à imposer sa loi, orientant la conduite des affaires humaines. Désormais, une technologie revêt un « pouvoir injonctif » entraînant l'éradication progressive des principes juridico-politiques qui nous fondent, soit le libre exercice de notre faculté de jugement et d'action.

Chaque énonciation de la vérité vise à générer quantité d'actions tout au long de notre quotidien, faisant émerger une « main invisible automatisée », où le moindre phénomène du réel se trouve analysé en vue d'être monétisé ou orienté à des fins utilitaristes.

Il s'avère impératif de s'opposer à cette offensive antihumaniste et de faire valoir, contre une rationalité normative promettant la perfection supposée en toute chose, des formes de rationalité fondées sur la pluralité des êtres et l'incertitude inhérente à la vie. Tel est l'enjeu politique majeur de notre temps.

Ce livre procède à une anatomie au scalpel de l'intelligence artificielle, de son histoire, de ses caractéristiques, de ses domaines d'application, des intérêts en jeu, et constitue un appel à privilégier des modes d'existence fondés sur de tout autres aspirations.
Un essai déplorant l'obsession de la société moderne pour l'intelligence artificielle, qui paraît apte à orienter la conduite des affaires humaines et à imposer sa loi au détriment du libre exercice par l'individu de sa faculté de juger et d'agir. L'auteur appelle à ériger des formes de rationalité fondées sur la pluralité des êtres et sur l'incertitude qui est au coeur même de la vie. ©Electre 2021

Yann Caroff le 17/09/2019

Superbe ouvrage à l'intelligence débordante

Le dernier livre d’Eric Sadin “L’intelligence artificielle ou l’enjeu du siècle” dépasse de plusieurs têtes tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent à propos des enjeux liés à cette technologie. Dès les premières pages, on est saisi par l’intelligence humaine de l’auteur, son esprit de synthèse, sa capacité à envisager l’IA non seulement au coeur des sociétés, mais surtout à mesurer ses fonctions selon les philosophies et idéologies qui les sous-tendent. Les sociétés qui développent des modèles d’IA le font à des fins mercantiles, soit en vendant des services qui “facilitent” la vie des utilisateurs devenus de facto des clients, soit en réduisant les coûts de production en amont en remplaçant l’humain par des machines jusqu’à des postes de plus en plus élevés. Car c’est un fait que l’IA dépasse de très loin l’humain dans certaines tâches spécialisées. Cela signifie que dans les sociétés capitalistes qui mettent les organisations en compétition, les humains sont devenus une technologie obsolète, et il n’y aura pas d’autre solution pour les occuper que de leur fournir un revenu universel pour les transformer en consommateurs de loisirs. C’est assez raccord avec la façon dont on place et oublie les vieux dans les EHPAD (car on ne dit même plus maison de retraite). Dans un tel contexte, l’humain voué à ne plus être stimulé intellectuellement déclinera inexorablement. Cette perspective fait-elle vraiment rêver ? C’est un livre dense, condensé. Les 280 pages m’ont demandé 2 semaines de lecture et de digestion, et je sais que si je le relis, je verrai encore des nouvelles choses. Comme dans de nombreux autres ouvrages de philosophie, l’auteur ne s’abaisse pas à la vulgarisation, c’est au lecteur de s’adapter pour être tiré vers le haut, avec au final quelques nouveaux mots de grec dans son vocabulaire. Si vous plongez un livre d’Eric Sadin dans l’eau, vous avez facilement 5 livres de Laurent Alexandre. Là où ce dernier se contente d’explorer le futur de l’IA et de l’humain dans le contexte capitaliste dont il est le produit, Eric Sadin remet en question la pertinence même des modèles capitalistes explorant les chemins en amont des sentiers battus. Sans sacrifier le style à la technicité du sujet, ce livre est un plaidoyer pour replacer l’humain au centre du jeu, pour redonner du sens à l’existence en ne privant pas l’humain de la puissance transformatrice du travail et de la réflexion, quand bien même il serait moins efficace qu’une machine. L’humain qui est en mesure d’appréhender le réel à des niveaux de complexité infiniment plus élevés que des machines travaillant sur base de matrices de nombres, les data sets, dont la pertinence est jugée à l’aune des intérêts économiques. L’humain, qui est capable de phénoménologie. L'humain, qui est le fruit d'une évolution tout sauf standardisée. De la broderie fine en somme.

Format : Broché
Nb de pages : 296 pages
Poids : 396 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-37309-050-5
EAN : 9782373090505

Du même auteur : Eric Sadin