L'islamisme va-t-il gagner ? : le roman du siècle vert

feuilleter

facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 239 pages
Poids : 386 g
Dimensions : 15cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-268-07453-5
EAN : 9782268074535

L'islamisme va-t-il gagner ?

le roman du siècle vert

de ,

chez Rocher

Collection(s) : Documents

Paru le | Broché 239 pages

Tout public

20.90 Disponible - Expédié sous 7 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

propos recueillis par Patrice de Méritens


Quatrième de couverture

L'islamisme va-t-il gagner ?

L'actualité en France et dans le monde n'en finit pas de provoquer cette question. Hamas palestinien, tension en Égypte et en Libye, la crise syrienne, un Iran en train de se doter de l'arme nucléaire ; et peut-être aussi, demain, une nouvelle coalition islamique, allant du Pakistan au Maghreb en passant par la Turquie. Les auteurs ont enquêté auprès de tous les protagonistes, modérés ou extrémistes. L'ouvrage n'esquive aucune question : les réfugiés du Moyen-Orient, la « rue » et les révolutions islamiques, la guerre des lobbies aux États-Unis, le rôle de Barack Obama, le droit international, le poids des théologies, la démographie. À travers un échange vif et argumenté, Alexandre Adler et Vladimir Fédorovski nous donnent enfin les clefs pour comprendre les fragiles équilibres de notre temps.

Biographie

Passionné de cette région, Alexandre Adler, qui s'honore de l'amitié d'Henry Kissinger, a exprimé les plus extrêmes réserves sur le projet américain de démocratisation du Moyen-Orient. Sur l'essentiel, il ne se situe pas dans la ligne du courant néoconservateur, bien qu'il soit l'ami personnel de Richard Perle et plus lointainement de Paul Wolfowitz. Adler est opposé au bombardement de l'Iran, pays chiite, considérant que le principal problème est le jihadisme sunnite, hostile au régime de Téhéran.

Vladimir Fédorovski, diplomate pendant les grands bouleversements à l'Est, fut un spécialiste reconnu de cette région et a servi d'interprète de la langue arabe au Kremlin. Il connaissait personnellement les leaders dirigeants arabes de Boumediene à Kadhafi, d'Arafat à Assad.


Du même auteur : Vladimir Fedorovski