La brigade du rire
facebook twitter

La brigade du rire

ce que nous sommes

de

chez Albin Michel

Collection(s) : Romans français

Paru le | Broché sous jaquette 515 pages

Grand format Livre broché
22.50 Disponible - Expédié sous 8 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Chronique Page des libraires, rédigée par Jean-François Delapré Librairie Saint-Christophe (Lesneven)

Bob s’est suicidé. Le responsable de sa mort, c’est Pierre Ramut, un éditorialiste qui déteste les ouvriers français et ne jure que par la Chine. Nos compères décident de l’enlever et de le faire bosser comme un Chinois au fond de la cave d’un Bunker, où il a pour tâche de percer des trous dans une pièce de duralumin. Au début, Ramut renâcle, puis finalement il augmente la cadence et bat des records de productivité. Mais l’enlèvement va avoir des conséquences sur la vie des personnages, qui peu à peu vacillent. Pendant que Ramut perce ses pièces, eux perdent leurs illusions. Les rapports de force s’inversent. Du noir et blanc, postulat de départ, on passe par des zones de gris. C’est drôle et tendre, les dialogues sont percutants, les personnages attachants, surtout quand les carapaces s’effritent et que les situations s’enchaînent. Dans cette satire de notre société aveuglée par l’argent, c’est l’intérêt de la caricature d’appuyer le trait là où ça fait mal. Bref, un roman qui ravira les fans de Mordillat, car ils y retrouveront le goût de Vive la Sociale (Points), mais dans une veine ironique et douce à la fois. J’ajoute que l’épilogue est d’une rare saveur.

Il y a Kowalski, dit Kol, né en colère. Betty, licenciée
de l'imprimerie où elle travaillait. Dylan, prof d'anglais et
poète. Les jumelles Dorith et Muriel, pour qui la vie est une
fête permanente. L'Enfant-Loup, coureur et bagarreur.
Suzana, infirmière en psychiatrie. Rousseau, beau gosse
et prof d'économie. Hurel, industriel, lecteur de Marx et
de Kropotkine. Isaac le rouquin, distributeur de films,
et Victoria que personne n'attendait...

Constitués en «Brigade du rire», par jeu, ils kidnappent
Pierre Ramut, l'éditorialiste vedette de Valeurs françaises,
et, dans un bunker transformé en atelier, l'installent devant
une perceuse à colonne. Forcé de travailler selon ce qu'il
prescrit dans ses papiers hebdomadaires - semaine de
48h, salaire de 20 % inférieur au SMIC, productivité
maximum, travail le dimanche -, Ramut saura désormais
de quoi il parle...

Dans une grande fresque tragi-comique, fidèle à son
univers - Vive la sociale, Les Vivants et les Morts - Gérard
Mordillat parle du monde d'aujourd'hui, de ses injustices,
de ses luttes, de ceux qui refusent de se soumettre et se
vengent d'un grand éclat de rire.
La réunion d'anciens amis du lycée tourne à l'équipée vengeresse lorsqu'ils décident de punir le responsable du suicide de Bob, un des leurs. Pour ce projet, ils kidnappent Pierre Ramut, journaliste économique et chantre de la dérégulation du marché, l'enferment dans un bunker et lui imposent de travailler selon ce qu'il prescrit dans ses papiers. Prix du livre d’humour de résistance 2015. ©Electre 2021
Format : Broché sous jaquette
Nb de pages : 515 pages
Poids : 560 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-226-31808-4
EAN : 9782226318084

Du même auteur : Gérard Mordillat