La cathédrale Saint-Pierre de Beauvais : architecture, mobilier et trésor
facebook twitter

Fiche technique

Format : Relié sous jaquette
Nb de pages : 151 pages
Poids : 980 g
Dimensions : 22cm X 31cm
Date de parution :
EAN : 9782906340428

La cathédrale Saint-Pierre de Beauvais

architecture, mobilier et trésor

de

chez Association pour la généralisation de l'Inventaire régional en Picardie

Collection(s) : Images du patrimoine

Paru le | Relié sous jaquette 151 pages

Tout public

41.16 Disponible - Expédié sous 4 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

texte Judith Förstel, Aline Magnien, Florian Meunier et al. | photographies Laurent Jumel, Thierry Lefébure, Irwin Leullier | sous la direction de Martine Plouvier


Quatrième de couverture

La cathédrale de Beauvais est l'un des «monstres sacrés» de l'art gothique : son chœur est le plus haut jamais érigé au XIIIe siècle, les arcs-boutants qui le soutiennent sont d'une hardiesse incroyable, un flot de lumière inonde son sanctuaire. Mais la réputation de ce gigantesque édifice tient aussi à ses malheurs : une partie des voûtes du chœur s'effondra en 1284, la tour-lanterne érigée au XVIe siècle sur la croisée du transept chuta à son tour en 1573, et la cathédrale ne fut finalement jamais terminée, malgré les efforts encore déployés au tout début du XVIIe siècle. Saint-Pierre de Beauvais demeure ainsi un joyau incomplet : l'élan vertigineux du chœur vient se briser sur un mur nu.

Cet inachèvement a toutefois permis la survie de la «Basse-Œuvre» (Xe-XIe siècles), l'une des rares cathédrales de l'an mil conservées en France, dont les premières travées subsistent à l'ouest de Saint-Pierre. Ecrasé par la puissante masse de la cathédrale gothique, ce vestige passe souvent inaperçu, alors que de longues campagnes de fouilles ont montré son intérêt. Les recherches récentes ont également apporté un nouvel éclairage sur le chef-d'œuvre du XIIIe siècle, trop souvent réduit à l'image d'une tour de Babel frappée dans son orgueilleuse hauteur. Elles ont aussi mis en valeur le transept flamboyant élevé au XVIe siècle sur les plans de Martin Chambiges.

La splendeur de cette architecture fait souvent oublier les œuvres d'art qu'elle renferme : le décor mobilier de la cathédrale, ainsi que son trésor, méritent amplement une redécouverte. La collection d'ornements liturgiques, en particulier, comporte des pièces d'une grande beauté, inaccessibles à l'heure actuelle, et que cette publication prend à cœur de faire apprécier.