La clarinette
facebook twitter

La clarinette

de

chez Seuil

Collection(s) : Cadre rouge

Paru le | Broché 350 pages

Grand format Livre broché
22.00 Disponible - Expédié sous 4 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Chronique Page des libraires, rédigée par Aurélie PASCHAL (Prado Paradis - 13008 Marseille)

Vassilis Alexakis, grand prix de l’Académie française il y a quelques années, montre une fois encore qu’il sait manier sa langue d’adoption à merveille. Ce livre est une lettre qu’il adresse à son ami et éditeur Jean-Marc Roberts qui se meurt. Alexakis lui rend régulièrement visite à l’hôpital. Ils aiment parler ensemble. Alexakis l’admet, il ne sait pas de quoi pourrait parler son prochain livre. Et l’inspiration lui arrive comme une évidence. Pourquoi ne pas parler de la mémoire, lui suggère son éditeur en écoutant une anecdote que lui raconte Alexakis. En effet, ce dernier n’arrivait plus à se rappeler le mot clarinette. Il évoque toutes ses tentatives et son cheminement intellectuel pour parvenir à se remémorer ce simple mot. Le livre se construit au fur et à mesure de leurs conversations. Ce sera le dernier livre qu’écrira Alexakis avec l’aide de ce grand éditeur. Un livre où tous les sujets s’entremêlent et qui se lit d’une traite. Un très grand auteur qui signe ici un nouveau chef-d’œuvre.

 

Vassilis s'aperçoit un jour qu'il a oublié le mot «clarinette».
Il voit des clarinettes partout, mais le mot ne revient pas,
ni en français, sa langue d'adoption, ni en grec, sa langue
natale. Pourquoi perd-on la mémoire ?

À Paris, son éditeur, qui est aussi son plus ancien et
plus cher ami, a un cancer. Il le veille. La maladie progresse.
Les souvenirs affluent, émouvants et cocasses.

À Athènes aussi la crise mine la société. Le racisme
se répand dans la ville autrefois si accueillante pour
les métèques. Voici pourtant une jeune fille nommée
Orthodoxie qui anime l'équipe de football des SDF, et
Lilie, qui, à cent un ans, tricote des pull-overs pour les
enfants défavorisés.

Au Parthénon, les Anciens ont élevé un autel à l'oubli.
On écrit toujours sur des absences, n'est-ce pas ? L'oeil
vif, la plume rapide, Vassilis Alexakis a quelque chose
du funambule sur son fil.
Le narrateur raconte à son éditeur mourant ses pensées et ses souvenirs, à propos de la Grèce, d'Orthodoxie, une fille qui anime l'équipe de football des SDF d'Athènes, des armateurs grecs, mais aussi de la mémoire, de cet autel érigé autrefois au Parthénon, dédié à l'oubli, et enfin d'un mot disparu que le narrateur a justement oublié : clarinette. Prix François Billetdoux 2015. ©Electre 2021
Format : Broché
Nb de pages : 350 pages
Poids : 382 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-02-116769-6
EAN : 9782021167696

Du même auteur : Vassilis Alexakis