La déchéance des moeurs au Congo : les antivaleurs
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 106 pages
Poids : 144 g
Dimensions : 14cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-343-12002-7
EAN : 9782343120027

La déchéance des moeurs au Congo

les antivaleurs

de

chez Harmattan Congo

Paru le | Broché 106 pages

Tout public

13.50 Disponible - Expédié sous 13 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

préface de Brice Armand Ibombo


Quatrième de couverture

La déchéance des moeurs au Congo

Les antivaleurs désignent l'ensemble des comportements contraires à l'éthique morale, professionnelle et politique. Au Congo, les antivaleurs souffrent de ce que leur histoire n'a pas de traces écrites, bien que tout le monde constate leurs ravages. Ainsi, ce livre vient combler ce vide blâmable.

Au pays de Denis Sassou Nguesso, les antivaleurs ont atteint des proportions alarmantes. D'après le baromètre mondial de la corruption de 2013, publié par Transparancy International, les cinq institutions considérées comme les plus corrompues sont les partis politiques, la police, la fonction publique, le pouvoir judiciaire, et nous ajoutons les régies financières. À ce jour, l'écrasante majorité des Congolais sont désorientés par la baisse de leur pouvoir d'achat. À l'opposé de ces laissés-pour-compte, il y a une minorité de milliardaires qui vivent dans une opulence à nulle autre pareille.

Tous les maux révélés çà et là ne peuvent pas disparaître par l'effet d'un coup de baguette magique. Les discours et les slogans ne suffisent plus. Il faut maintenant un sursaut républicain. Débarrassons-nous de nos attaches tribales. Mettons-nous ensemble de la base au sommet, du nord au sud, de l'est à l'ouest, que chacun apporte consciemment et conséquemment sa pierre à l'édifice. Il est aussi conseillé d'encourager l'éducation morale et civique pour que les partisans de l'évasion illicite des derniers publics et ceux du moindre effort retrouvent le chemin de la sagesse, surtout celui du patriotisme.

Biographie

Après ses études supérieures faites successivement à l'Université Marien Ngouabi (1974-1980) et à Paris I Panthéon - Sorbonne (1982-1987), Eugène Nimbi est rentré au pays en 1988. Il a passé six ans à l'Université Marien Ngouabi en tant que chargé de cours en histoire.