La fiction de la postmodernité, selon l'esprit de la musique
facebook twitter

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 336 pages
Poids : 465 g
Dimensions : 15cm X 22cm
Date de parution :
EAN : 9782130515722

La fiction de la postmodernité, selon l'esprit de la musique

de

chez PUF

Collection(s) : Thémis

Paru le | Broché 336 pages

Public motivé

22.82 Disponible - Expédié sous 5 jours ouvrés
Ajouter au panier Frais de livraison

Quatrième de couverture

L'intitulé du présent ouvrage a été choisi pour faire écho à la critique formulée naguère par Jean-François Lyotard à l'encontre d'Adorno : Lyotard réclamait, pour aborder les musiques qu'il estimait susceptibles de participer authentiquement à la «réécriture de la modernité», que l'on abandonnât l'«alternative» définie par cet auteur ; n'étant «ni apparence, musica ficta, ni connaissance laborieuse, musica fingens», l'œuvre (ou la non-œuvre) «littérale», povera, serait «jeu métamorphique d'intensités sonores, travail parodique de rien, musica figura».

On s'est donc efforcé, d'enquêter sur l'élaboration de la «catégorie postmodernité» prise in statu nascendi, c'est-à-dire à sa source musicale. Cela permettait de faire droit à la relative complexité sémantique du mot fiction. Celui-ci n'est pas seulement synonyme de «fabrication», car au latin fabricare, le fingere ajoute la nuance d'une «feinte». Et «feinte» nous expédie vers l'eirôneia des Grecs : «ironie» et postmodernité ne peuvent que s'entendre. Mais le premier des ironistes postmodernes n'est autre que le premier musicien vraiment répétitif : Nietzsche. Son Fragment an sich, un morceau de piano de 22 mesures daté de 1871, comporte en effet un Da Capo non chiffré : illimité ! La fiction musicale de la postmodernité, ne serait-ce pas dès lors la ritournelle, figure (figura) de l'éternel retour ?

Biographie

Musicien (élève d'Olivier Messiaen) et philosophe, Daniel Charles a fondé et animé pendant vingt ans le Département de Musique de Paris VIII (Vincennes) ; responsable de l'enseignement de l'esthétique pendant dix ans à Paris IV (Sorbonne) et pendant neuf ans à l'Université de Nice, il a publié plusieurs ouvrages de philosophie de la musique et d'esthétique générale, dont six traduits en allemand et deux en japonais.