La fin est mon commencement
facebook google+ twitter

La fin est mon commencement

un père raconte à son fils le grand voyage de la vie

de

chez Les Arènes

Paru le

Grand format Livre broché
23.20 Indisponible

avec avec la collaboration de Folco Terzani | traduit de l'italien par Fabienne-Andréa Costa


Mme Florence Lorrain (Librairie Atout-Livre)

Légende du grand reportage de ces quarante dernières années, immensément respecté et admiré par de grands journalistes de tous pays, Tiziano Terzani, né en 1938 en Italie, fut le correspondant permanent en Asie pour le Spigel et le Corriere della sera. Le métier de journaliste était pour lui une véritable mission : pour informer efficacement les gens et les aider à se former leur propre opinion, il vérifiait systématiquement la véracité de ce qu’on lui disait, restant à distance de tout pouvoir, quel qu’il soit., et ne se contentait jamais de l’événementiel. Non seulement il se retrouva pris dans les évènements historiques de son temps (dont la guerre du Vietnam et la chute de Saïgon) mais aussi, et surtout, il vécut plusieurs années dans chacun des pays où il fut correspondant, qu’il sillonnait comme bon lui semblait, s’immergeant dans la culture de chacun, apprenant à chaque fois une nouvelle langue. Il y eu Hong Kong, le Cambodge, la Chine, le Japon, la Thaïlande, et enfin l’Inde, où il devint écrivain voyageur et renonça au journalisme. Quatre mois avant sa disparition en 2004, alors qu’il s’était retiré du monde dans une maison isolée en Italie, il envoya un télégramme à son fils Folco. Sentant sa fin proche (il était atteint d’un cancer), il lui proposait de le rejoindre pour un ultime dialogue, et d’en faire un livre. Il s’agit donc ici de leurs conversations, retranscrites telles quelles.

A travers son métier, Tiziano Terzani en était venu à réfléchir sur les motivations sous-jacentes des guerres, sur la politique. Ce qui avait rendu très sombre son regard sur la civilisation  : Pense à l’histoire de l’humanité et aux progrès matériels que l’homme a accomplis. Il a allongé sa durée de vie, il est allé sur la Lune. Mais en vérité, il n’a fait aucun progrès sur la voie spirituelle. Il a peur de tout, il se sent en insécurité, il ne sait pas qui il est. Il refusait en revanche de considérer ce constat d’appauvrissement progressif de la civilisation comme une fatalité : Je pense que la grande bataille de notre avenir sera la bataille contre l’économie qui domine nos vies. Et, quand bien même ce livre fait de notre monde un tableau d’une noirceur épouvantable, il est avant tout un livre de paix : tant que des valeurs telles que la curiosité, le goût de l’autre, de sa différence, le courage, l’honnêteté, l’amitié auront un impact dans le coeur de l’homme, elles seront le garde-fou de la civilisation. Et l’on peut penser qu’à travers ce livre posthume retranscrit par son fils de trente ans, Tiziano Terzani espérait être lu par les jeunes, capter leur intérêt et les toucher : une jeunesse qu’il invite à avoir de l’imagination, à ne pas suivre aveuglément les filières toutes tracées, reconsidérer les notions d’individualisme et de consumérisme. On peut, si on le veut, faire des choses intéressantes dans sa vie, dans son quotidien même. Construire une vie dans laquelle on puisse se reconnaître.

Un livre de paix, qui donne envie dès les premières pages de le lire lentement, pour l’atmosphère sereine dans laquelle il nous plonge. Au fur et à mesure que Tiziano Terzani retrace son parcours de journaliste et d’homme, Folco lui-même se souvient, et les souvenirs évoqués par le père deviennent des souvenirs communs partagés avec une belle complicité. Plus le corps de Tiziano s’épuise, plus ses paroles deviennent sereines, apaisantes, et l’on se sent pénétré par ses propos, que l’on médite longuement. Une conversation qui devient un au-revoir. Non seulement sa famille l’accompagne (sa femme et leur fille sont venues le rejoindre) mais nous autres, lecteurs, sommes là complètement. Les deux dernières pages, que chacun ne lira que pour soi, dans son propre silence, sont bouleversantes.

Poids : 765 g
Date de parution :
EAN : 9782352040644

Du même auteur : Tiziano Terzani