La gaieté
facebook twitter

La gaieté

de

chez Stock

Paru le | Broché 214 pages

Grand format Livre broché
18.00 Disponible - Expédié sous 6 à 10 jours ouvrés - COVID oblige
Ajouter au panier Frais de livraison

Chronique Page des libraires, rédigée par Aurélia Durandal Librairie L’Œil au vert (Paris 13e)

On le sait, l’autofiction a ses détracteurs et ce récit où une « fille de » raconte son enfance ne va assurément pas plaire à tout le monde. Pourtant, rejeter ce roman avant d’y avoir jeté un œil serait faire preuve de facilité et, à vrai dire, il suffit de quelques pages pour avoir envie de s’y plonger complètement. Non, vraiment, il ne s’agit pas de l’un de ces témoignages ou règlements de comptes qui laissent mal à l’aise le lecteur qui se fait l’effet d’un voyeur. Nul besoin d’avoir lu les précédents livres de Justine Lévy pour comprendre celui-ci. Pourtant, si vous l’avez découverte avec un autre de ses récits, vous serez ravis de retrouver la petite musique de son écriture : un style rythmé, un sens de la formule où l’humour voisine souvent la mélancolie. Justine Lévy creuse son sillon et l’on retrouve Louise devenue maman, toujours aussi attachante dans ses excès, sa détermination et ses échecs parfois. Cette fois, elle a décidé que devenir mère signifiait qu’il lui fallait devenir gaie. Non pas heureuse, car, comme chacun sait, le bonheur ne dure qu’un temps, mais gaie, normale, rassurante pour que jamais ses enfants ne connaissent ce qu’elle a vécu elle-même. Évidemment, la gaieté ne se décrète pas. Elle doit improviser quand la tristesse frappe à sa porte et elle s’en tire plutôt bien. Justine Lévy manie l’autodérision à la perfection et les scènes où elle nous parle de son quotidien de mère, de ses doutes et de ses bonheurs sont souvent touchants d’authenticité. On ne rit pas seulement du caractère exagéré de ses « névroses », mais parce qu’il y a en elle un peu de chaque personne qui s’est trouvée à mouliner des idées fixes dans sa tête ou à s’inquiéter d’être un bon parent pour son enfant. Qu’est-ce qu’un bon parent ? C’est un peu la question que soulève le livre et à cette question, on ne trouvera pas vraiment de réponse, si ce n’est l’idée que pour le devenir, il faut pouvoir revenir sur son enfance sans avancer en terrain miné. Louise ne s’érige pas en juge de sa mère qui s’est abîmée dans l’alcool et autres substances, au lieu de trouver suffisamment de ressources dans son amour pour sa fille. Pas plus qu’elle ne juge son père qui, tout-puissant qu’il était, n’a pas su la protéger, l’empêcher d’être aux premières loges des gestes autodestructeurs de sa mère et des mots méchants des « belles-mères du moment ». La gageure d’un tel roman est de parler d’épisodes douloureux sans être misérabiliste. En alternant les scènes de la vie de tous les jours avec le flot des souvenirs, Justine Lévy fait se succéder l’humour piquant et la tristesse. Elle montre aussi en quoi le passé et le présent s’éclairent l’un l’autre et que, afin de devenir gaie pour de bon, il va lui falloir comprendre un certain nombre de choses sur elle-même et sur les autres. Ce n’est pas facile, c’est un peu comme d’ouvrir la boîte de Pandore, mais c’est à ce prix que la sérénité se gagne.

«C'est le paradis, c'est mon paradis, je ne sais plus rien de
la politique, des livres qui paraissent, des films, des projets
de Pablo, de l'autre vie, la leur, c'est comme un jeûne, une
ascèse puéricultrice, c'est comme si j'avais été opérée de ma
vie d'avant, je ne sais pas si ça reviendra, je ne sais même pas
si je le souhaite, j'adore cette nouvelle vie de mère de famille
un peu débile mais résignée, les jours cousus les uns aux
autres par l'habitude et la routine, je me voue tout entière à
mes enfants, je les tiens fort dans mes bras, je les tiens fort
par la main, et bien sûr qu'eux aussi me tiennent et qu'ils
m'empêchent de tomber, de vriller, bien sûr qu'eux aussi me
rassurent, me comblent, me protègent et me procurent cette
joie bizarre, assez proche de la tristesse peut-être, parce que
je vois bien que ce n'est plus seulement de l'amour, ça, au
fond, c'est de l'anéantissement.»
Louise, pleine de doutes et d'angoisse, fille d'une mère trop malade et d'un père trop aimé, appréhende la vie avec tristesse et mélancolie. Lorsqu'elle tombe enceinte de son mari Pablo, elle décide d'être heureuse, par tous les moyens. Elle offre le récit des changements apparus dans son quotidien, auprès de ses enfants, Angèle et Paul. ©Electre 2020
Format : Broché
Nb de pages : 214 pages
Poids : 275 g
Dimensions : 14cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-234-07026-4
EAN : 9782234070264

Du même auteur : Justine Lévy